Skip to main content
20 juillet 2023

50 millions d’américains seraient des ”superfans”… Et ça se monnaie

par Théo Lilin

C’est Luminate, l’observatoire du marché musical américain, qui le dit. Dans son étude de milieu d’année, l’agence met surtout en avant la manne financière que représente ces « superfans ». On en parle.

Comme chaque année, Luminate -principale société américaine d’analyse des médias -s’intéressant aussi bien au monde de la musique qu’à la télévision et au cinéma- fait le bilan de l’économie du marché musical dans un rapport de milieu d’année. À première vue, rien de nouveau sous le soleil : les chiffres des streams explosent (deux mille milliards d’écoutes, en augmentation de 22, 9% par rapport à l’année dernière), tout comme la vente de vinyles, devenue depuis quelques années l’apanage de la gen Z -entre autres. Notons également que les millenials américains dépensent 22% de plus pour la musique (produits dérivés, formats physiques…) que l’auditeur moyen dans le pays. Mais ce qui choque le plus parmi tous ces chiffres n’est pas là. 

 

statistiques

© cap. écran site web Luminate

 

Après analyse des données sur le monde de la musique depuis le début de l’année, Luminate s’intéresse à l’évolution de la relation entre auditeurs et artistes. Et là surprise, Luminate affirme que d’après les données enregistrées, sur l’ensemble de la population des Etats-Unis, pas moins de 15% d’entre elles seraient des « superfans ». Pour la faire simple, on parle ici d’un américain sur 7, soit 50 millions de personnes. De quoi penser qu’un phénomène de « fanatisation » s’installe dans le monde de la musique. Selon Luminate, un ”superfan” est « un auditeur de musique de plus de 13 ans qui s’engage vis-à-vis d’un artiste et son contenu de multiples façons, du streaming aux médias sociaux, en passant par l’achat de formats physiques ou d’articles de merchandising et la participation à des concerts ». En gros, un.e auditeur.rice devient un-e « superfan » lorsqu’il.elle s’engage auprès d’un artiste, en achetant son merch ou en allant à ses concerts.

 

 

rémunérer les artistes  autrement

Pas si étonnant que ça, quand on voit les prix de vente de certains concerts continuer à grimper… Pour atteindre des sommes indécentes -et les évènements toujours plus rapidement sold-out, quitte même à faire péter les sites de vente en ligne. Cette montée en puissance, d’un auditoire prêt à payer le prix fort pour des vinyles et produits dérivés, n’a pas échappé aux boss du streaming. En début d’année, Universal Music Group (UMG) et Tidal se sont associés pour penser une nouvelle manière de financer les artistes. Michael Nash, vice-président d’UMG a indiqué s’intéresser à un modèle plus « centré sur l’artiste », à l’heure où « l’économie du streaming a besoin d’innover pour assurer son futur ». Traduction ? Proposer à ces « superfans » des abonnements plus coûteux en échange de contenus supplémentaire. Le tout pour bénéficier aussi bien à l’artiste qu’à ses plus grands fans (enfin, les plus généreux). Une chose est sûre, le business du streaming n’est pas près de s’éteindre.

Visited 68 times, 1 visit(s) today