© Jacob Khrist

9 tracks, 23 remixes, 4 vinyles, 8 clips à partir d’archives de l’INA : merci Arnaud Rebotini

Arnaud Rebo­ti­ni s’as­so­cie à l’INA (Insti­tut Nation­al d’Au­dio­vi­suel) afin de con­fec­tion­ner huit clips vidéo ain­si qu’un énorme cof­fret pour son album This Is A Quar­an­tine atten­du demain, qu’il a réal­isé pen­dant le con­fine­ment. Au menu : qua­tre vinyles, huit clips pour les huit morceaux orig­in­aux, 23 remix­es, un nou­veau titre inédit, 25 remix­es et un tim­ing parfait.

S’il y en a bien un dont la pro­duc­tiv­ité musi­cale du pre­mier con­fine­ment peut faire pâlir, c’est Arnaud Rebo­ti­ni. L’un des rares artistes élec­tron­iques à avoir décroché un César (en 2018 pour la meilleure musique orig­i­nale dans 120 bat­te­ments par minute, de Robin Campil­lo) s’é­tait astreint à un rythme costaud à par­tir de mars en nous don­nant rendez-vous chaque semaine pour un track inédit. Un con­fine­ment plus tard, mis­sion accom­plie : les huit tracks avec cha­cun une sym­bol­ique pro­pre au champs lex­i­cal du con­fine­ment (par exem­ple : “Chloro­quine”), se retrou­vent dans l’al­bum This Is A Quar­an­tine.

 

 

Pour la con­fec­tion de cet album en édi­tion lim­itée, c’est avec l’I­NA et sa banque d’archives mon­u­men­tale que s’est asso­cié le musi­cien pour la con­fec­tion de huit clips en found footage — procédé qui désigne la récupéra­tion d’archives ou de ban­des vidéos dans le but de fab­ri­quer un autre film. Un rythme soutenu partagé donc puisque les équipes de l’I­NA réal­i­saient les clips au fil des semaines, elles aussi.

Joëlle Abi­nad­er, chargée de com­mu­ni­ca­tion externe à l’I­NA, nous pré­cise : “Rebo­ti­ni infor­mait les équipes de l’I­NA de la thé­ma­tique de la semaine. Franck Pod­gusz­er, en charge de la vidéo à la direc­tion de la com­mu­ni­ca­tion, était son prin­ci­pal inter­locu­teur pour le choix de la thé­ma­tique et l’an­gle. Les équipes de l’I­NA s’ac­ti­vaient pour chercher des pépites dans les archives per­me­t­tant d’il­lus­tr­er visuelle­ment le thème de la semaine”.

Le morceau inédit que con­tient l’al­bum, “Trans Europ Express”, est un hom­mage à Flo­ri­an Schnei­der, cofon­da­teur du groupe Kraftwerk, décédé pen­dant le con­fine­ment. L’artiste a égale­ment fait appel à un cast­ing XXL pour plus d’une ving­taine de remix­es : The Hack­er, Phase Fatale, VTSS, David Car­ret­ta, Djed­jotron­ic, Zom­bies In Mia­mi, Raf­faele Attana­sio sont de la par­tie, et la liste ne s’ar­rête pas là.

Le cof­fret est d’ores et déjà disponible sur la bou­tique d’I­NA et sur Dig­gers Fac­to­ry, et chez cer­tains disquaires.

Track­list : 

  1. Min­i­mize con­tact between peo­ple, l’appel au con­fine­ment et au main­tien des gestes barrières
  2. Dig­i­tal lock­down, l’importance des tech­nolo­gies dig­i­tales pour garder con­tact avec l’extérieur
  3. Chloro­quine, l’antipaludéen qui a agité fréné­tique­ment l’espace médi­a­tique et les réseaux sociaux
  4. État naturel, com­posé avec Jonathan Fitous­si, Retour à un état plus naturel
  5. The mas­quer­ade, en pleine pénurie de masques, les con­finés font preuve de créativité
  6. Work­out, le sport à la mai­son, la star des activ­ités pen­dant le confinement
  7. Clean and neat, le temps passe et les cheveux poussent…
  8. To (wo)men on the assem­bly line, un hom­mage aux femmes et aux hommes qui ont per­mis au pays de tourner !
  9. Trans Europ Express (titre inédit), un hom­mage à Flo­ri­an Schnei­der, cofon­da­teur de Kraftwerk, décédé pen­dant le confinement.







(Vis­ité 1 528 fois)