© capture d'écran Jon Bovi & Graviity • PsyTrance • Isla de Mezcala • The Roof 007 • Live Session

À voir : Graviity et Jon Bovi en b2b sur le toit d’une ancienne prison

GRAVi­iTY et Jon Bovi, les deux DJs venus de l’e­space présen­teront une créa­tion inédite au fes­ti­val Elek­tric Park le 4 sep­tem­bre prochain. En 2021, ils col­lab­o­raient déjà pour un b2b sur le toit d’une anci­enne prison.

Un alien qui ren­con­tre un astro­naute. Ça sonne comme un scé­nario de sci­ence fic­tion. Mais alors que penser d’un alien et d’un astro­naute qui mix­ent ensem­ble ? Impos­si­ble ? Si on vous dis­ait le con­traire. Le 4 sep­tem­bre prochain au fes­ti­val Elek­tric Park l’ex­trater­restre GRAVi­iTY  et l’homme de l’e­space venu du Mex­ique Jon Bovi vont partager la même scène pour une créa­tion inédite stratosphérique. Pour se met­tre dans le bain, on vous pro­pose de rep­longer dans la live ses­sion que les deux artistes ont réal­isée en 2021 sur le toit d’une prison aban­don­née, au milieu d’une île mex­i­caine, pour The Roof 007.

 

À lire aussi C’est quoi ce set De Crécy / Boombass / Falcon ? 5 questions à Elektric Park

 

Un endroit étrange, calme et apaisant qui cor­re­spond par­faite­ment aux univers des DJs-producteurs. Pen­dant une heure les deux créa­tures enchaî­nent leurs com­po­si­tions acid, psy­chédélique, funky, tech­no pro­gres­sive. Ils alter­nent un à un leurs titres, pour­tant il nous sem­ble qu’ils ne provi­en­nent que d’une même per­son­ne. À croire que leur musique était faite pour s’entremêler.

GRAVi­iTY mixe avec une cys­tall ball, con­trôlée par des cap­teurs de mou­ve­ment — on reste dans l’é­trange ! Et puis de temps à autres, le DJ venu d’une autre galax­ie sort sa gui­tare, tan­dis que son com­parse casqué s’empare du clavier pour don­ner plus de relief à leurs mélodies électroniques.

Au fur à mesure du live, le soleil se couche, col­orant les reflets de la mer qui entoure l’île. Ce qui accom­pa­gne par­faite­ment les titres aux sonorités ibizèsques (venues tout droit d’Ibiza) du mix.

(Vis­ité 316 fois)