Skip to main content
© Bohemia Euphoria
11 avril 2022

À voir : le sulfureux groupe The KLF s’offre un nouveau docu

par Guillaume Monnier

Un nouveau documentaire du fascinant et mythique groupe britannique d’acid house des années 80, The KLF est à venir : en attendant de connaître la date de sortie officielle de Who Killed the KLF ?, son trailer est disponible. On a hâte de (re)découvrir les dessous et anecdotes de ce groupe qui provoquait autant la fascination que les scandales.  

C’est l’histoire d’un groupe ou d’une légende née dans les années 80, plus précisément en 1986 lorsque Bill Drummond, alors directeur artistique chez Warner Music, décide de quitter son poste pour se lancer lui-même dans la musique. À l’époque, il voit en son âge un signe : il a 33 ans, comme les 33 tours de rotation des vinyles : il est l’heure de faire de la musique. Il fonde avec Jimmy Cauty le groupe The Justified Ancients of Mu Mu notamment raccourci en The JAM. Le groupe sort l’ouvrage The Manual aussi provocant que scandaleux, décrivant comment avoir du succès dans la musique. Le groupe promet de rembourser du prix du bouquin à quiconque ne réussirait pas en suivant la méthode décrite dans leur « manuel ».

 

À lire également
En écoute : la bande-son de Laurent Garnier pour l’Expo Electro est enfin disponible !

 

The KLF

© Bohemia Euphoria

The JAM lance son side-project The KLF en 1988. Une décision fructueuse musicalement : le duo sort les tubes « What Time Is Love« , »3 A.M. Eternal » et « Last Train Trancentral« . En mars 1991, c’est la consécration, leur album The White Room parachève leur réussite, il est considéré comme un des plus grands albums de la musique électronique. La légende est créée… plus pour longtemps. En 1992, le groupe disparaît des radars après une dernière apparition aussi folle que spectaculaire et scandaleuse aux Brits Awards de 1992 en compagnie du groupe punk, Extreme Noise Terror. On y voit Bill Drummond cigare à la bouche, armé d’un fusil automatique et tirant des rafales à blanc sur la foule (« Fuck the society ! »). Plus tard lors de l’after-party de la célèbre cérémonie, il jette un mouton mort après une macabre mise en scène, à l’arrière d’un camion utilitaire. Pour l’anecdote, The KLF souhaitait jeter du faux sang sur la foule mais la BBC et ses avocats les en dissuadèrent. Ainsi cette apparition devint la dernière du groupe. Finir sur un tir de kalash sur une foule et un jet de mouton mort à la fête après la cérémonie des Brits, intriguant mais flippant surtout !

Si la musique était la pièce maitresse de leur œuvre, la communication et la mise en scène étaient sans aucun doute au cœur de leur proposition artistique. Le groupe est tout de même aujourd’hui considéré comme l’un des précurseurs dans l’acid house anglaise des années 80. Le mix entre des théories complotistes dignes des Illuminatis, et le mariage de la pop music et de l’électro dance, voilà ce qui a caractérisé ce groupe… plus punk de façade que ton groupe punk préféré. Maintenant, il est l’heure de répondre à LA question : Who Killed the KLF ? 

Visited 113 times, 1 visit(s) today