A voir : Tim Dup et ses amours fantasmées dans “Mourir vieux (avec toi)”

Idylles imag­i­naires. Près d’un an après la sor­tie -chez Columbia‐ de son pre­mier album, Tim Dup retrou­ve sa Mélan­col­ie Heureuse avec le sin­gle “Mourir vieux (avec toi)”. Un titre pop aux rythmes trib­aux et chaloupés ponc­tués par une mélodie trop­i­cale cer­taine­ment jouée au marim­ba… Comme une invi­ta­tion au voy­age. Le jeune auteur‐compositeur de Ram­bouil­let couche les paroles naïves d’un amoureux tran­si sur une chan­son fausse­ment enjouée : “On pren­dra le temps de tout voir, d’aimer chaque instant comme un dernier soir […] On bris­era les chaînes de nos pris­ons d’or du jardin d’Eden, pour tromper la mort”. Dans ce clip réal­isé par Hugo Pil­lard, Tim Dup s’imagine partager de doux instants et créer des sou­venirs avec l’élu-e de son coeur : voy­ages en train, déje­uner en ter­rasse en riant et par­lant fort, des pas de danse en pleine rue ou dans une cham­bre d’hôtel, un bain de minu­it… Jusqu’à une demande en mariage sur la plage. Prob­lème : il est seul à chaque instant et par­le -en vain‐ à un amour seule­ment fan­tas­mé, s’accrochant même à une main invis­i­ble sous les regards per­plex­es des pas­sants. Serait‐ce le sou­venir douloureux d’un amour per­du, ou bien l’espoir d’une pas­sion véri­ta­ble pas encore assou­vie? C’est l’histoire sin­gulière de ce “gars qui vit dans le passé, mais qui est seul comme ça, un peu ubuesque au milieu des autres” pré­cise l’intéressé. Une chose est sûre, ce clip et cette chan­son à l’idée sim­ple et uni­verselle traduisent les sen­ti­ments enflam­més d’un jeune artiste de 23 ans.

Tim Dup sera notam­ment en con­cert au Car­ré Belle‐Feuille à Boulogne le 6 novem­bre, au Palo­ma de Nîmes le 17 et à la Salle Pleyel le 5 décem­bre. Plus d’infos sur la page Face­book de l’artiste.

(Vis­ité 385 fois)