Absolument tout ce qui existe sur Radiohead se trouve dans cette bibliothèque en ligne

Radio­head a annon­cé sur les réseaux soci­aux, ce lun­di 20 jan­vi­er, l’ou­ver­ture d’une base de don­nées publique, col­lab­o­ra­tive et numérique, inti­t­ulée Radio­head Pub­lic Library, regroupant des cen­taines d’heures de sons et de vidéos, con­nus ou mécon­nus du groupe bri­tan­nique. Le moins que l’on puisse dire est que le quin­tette maîtrise à la per­fec­tion l’ef­fet de sur­prise. Après la dif­fu­sion com­plète et gra­tu­ite de leur discogra­phie, c’est désor­mais une bib­lio­thèque entière con­sacrée à l’his­toire et l’esthé­tique de Radio­head.

Sur le site WASTE, plate­forme offi­cielle du groupe, on peut lire que “Radiohead.com a tou­jours été : a) incroy­able­ment peu infor­matif b) sur­prenant. La chose la plus sur­prenante à faire ensuite était donc de devenir soudaine­ment incroy­able­ment infor­matif. Voilà donc ce que nous avons fait.” Véri­ta­ble mine d’or, la Radio­head Pub­lic Library réper­to­rie les neuf albums du groupe, des playlists com­posées par les mem­bres, des per­for­mances télévisées, des clips, du mer­chan­dis­ing… Mais aus­si des raretés comme leur tout pre­mier EP inti­t­ulé Drill (1992), le titre “I Want None Of This” issu de la com­pi­la­tion car­i­ta­tive de 2005 ou encore le pro­jet de remix­es TKOL RMX 8 datant de 2011.

Le quin­tette a égale­ment pré­cisé que cha­cun des mem­bres allait jouer le rôle de libraire du jour, cette semaine, afin de pro­mou­voir l’ou­ver­ture de leur bib­lio­thèque. Et c’est Col­in Green­wood, bassiste de Radio­head, qui présen­tera la pre­mière sélec­tion de con­tenus com­men­tée. La pos­si­bil­ité de se faire une carte de lecteur est lais­sée aux inter­nautes avides de plus d’in­for­ma­tions. De l’in­tim­ité la plus farouche à l’ex­po­si­tion publique et extrême, le groupe con­tin­ue sur la voie de l’im­prévis­i­bil­ité.

Devenez mem­bre de la Radio­head Pub­lic Library

Radio­head Pub­lic Library

(Vis­ité 558 fois)