Accusé de racisme, le club Populux à Détroit ferme ses portes

Un club à Détroit fait l’ob­jet de toutes les atten­tions. Le Pop­u­lux est depuis quelques jours au coeur d’une con­tro­verse. Accusé de racisme via les réseaux soci­aux, l’étab­lisse­ment est obligé de fer­mer ses portes pen­dant une semaine. 

Blâmez Oba­ma, c’est vous tous, libéraux retardés, qui ont causé ces morts.” Voilà ce que l’on pou­vait lire sur le compte Twit­ter du club juste après la fusil­lade à Dal­las le 7 juil­let dernier. Un mes­sage jugé choquant car suivi du hash­tag #fuck­black­lives­mat­ter. Un retweet d’un post de Joe Walsh, con­ser­va­teur et ancien politi­cien, fut ensuite partagé puis sup­primé dans les heures qui ont suivi sa pub­li­ca­tion et ça dis­ait : “Dix corps de policiers. C’est de votre faute Oba­ma, les libéraux, #BLM. Il est temps de défendre nos policiers, réveillez-vous.” Ce sont les annu­la­tions de Vic Men­sa et de Bix­el Boys pour cause de “com­men­taires racistes” qui ont attiré l’at­ten­tion sur ce hash­tag très offensant. 

La direc­tion du club ouvert il y a un an a bien pré­cisé qu’ils avaient été piratés et qu’ils cher­chaient des preuves. En atten­dant, le Pop­u­lux a fer­mé ses portes et son compte Twit­ter et a réaf­fir­mé son sou­tien au mou­ve­ment Black Lives Matter. 

(Vis­ité 103 fois)