Crédit photo : Suffo Moncloa

Accusée de plagiat, Chris(tine and the Queens) réagit à la polémique

L’his­toire fait le tour des réseaux soci­aux depuis plusieurs semaines. Alors qu’elle effec­tu­ait son retour tant atten­du avec “Damn, dis-moi”, Chris­tine and the Queens — qu’on peut désor­mais appel­er Chris — a fait face à une polémique autour du morceau. En juin dernier, un util­isa­teur d’In­sta­gram postait une sto­ry dans laque­lle il démon­trait que la bat­terie, le clavier et la gui­tare du titre prove­naient en fait du logi­ciel Log­ic Pro d’Ap­ple. Les boucles étant libres de droit, leur util­i­sa­tion n’est pas du pla­giat et reste com­plète­ment légale, bien que matière à débat.

La chanteuse s’é­tait alors briève­ment défendue dans L’ObsOr, la récente sup­pres­sion du clip de “Damn, dis-moi” de YouTube l’a entraînée à réa­gir par un long mes­sage sur Twit­ter. Alors que le débat sur l’u­til­i­sa­tion des sam­ples lui paraît “nul et non avenu”, elle explique sa démarche : “Si pour “Damn, dis-moi” j’ai sam­plé des boucles libres de droit, c’est pour délibéré­ment chercher un son référencé, générique, que je puisse per­ver­tir de l’in­térieur. Je n’ai eu aucun souci à le faire, et je le referai bien volon­tiers si une autre chan­son le jus­ti­fie” en citant égale­ment Rihan­na et Ush­er comme util­isa­teurs réguliers de la même méth­ode. Puis, selon elle, tout cela était voulu : “J’ai aimé ce coup de pok­er, le dan­ger, j’ai aimé l’idée qu’on puisse se ren­dre compte que ce qui avait été util­isé pour faire un sin­gle radio se trou­ve à la portée de tous”, qual­i­fi­ant le titre de “récupéra­tion mali­cieuse de ce qui existe partout pour en faire quelque chose d’ultra-personnel”.

Souhai­tant tou­jours repouss­er les lim­ites, elle affirme : “Pour moi, créer c’est créer avec tout ce qui m’in­spire ; l’in­ter­dit est un renon­ce­ment”. Enfin, sur une note plus pos­i­tive, Chris­tine and the Queens explique qu’il y a “des his­toires der­rière chaque choix”. À retrou­ver dans son deux­ième album Chris, prévu pour le 21 septembre.

(Vis­ité 18 538 fois)