© DR

Au Royaume-Uni, l’inflation fait dégringoler le streaming musical

L’aug­men­ta­tion du prix de la vie se fait sen­tir même dans nos oreilles. Au Royaume-Uni, un mil­lion d’abon­nements de stream­ing musi­cal ont été résil­iés cette année, la faute à l’inflation. 

Ecouter de la musique ou se nour­rir ? Même pour celles et ceux qui con­sid­èrent la musique comme une néces­sité, le choix est vite fait. Et au Royaume-Uni, de nombreux•ses utilisateur•trices de plate­formes de stream­ing ont fait le choix de sub­venir à leurs besoins. En rai­son de l’aug­men­ta­tion du coût de la vie, ce sont pas moins d’un mil­lion d’abon­nements au stream­ing musi­cal qui ont été résil­iés. Les économies se font partout. D’après l’é­tude menée par Kan­tar, une entre­prise bri­tan­nique spé­cial­isée dans les études de marché, le pour­cent­age de per­son­nes au Royaume-Uni qui sont abon­nées à au moins un ser­vice de stream­ing musi­cal n’est plus que de 39,5 %, con­tre 43,6 % au début de 2020. Et cette ten­dance se retrou­ve notam­ment chez les étudiant•es dont le pour­cent­age chute de 67% à 59%.

 

À lire également Cette plateforme va payer les artistes l’équivalent de 500 000 streams Spotify

 

La hausse des taux d’an­nu­la­tion des abon­nements musi­caux est la preuve que les ménages bri­tan­niques com­men­cent à don­ner la pri­or­ité aux dépens­es de leur revenu disponible”, a expliqué Kan­tar à la BBC. Les utilisateur·trices préfér­eraient ain­si Sound­cloud ou Youtube à Spo­ti­fy ou Apple Music. Mais l’in­fla­tion n’est pas la seule rai­son de ce détache­ment pro­gres­sif des plate­formes. Selon l’en­tre­prise, le manque de choix de musique, la présence trop impor­tante de pub­lic­ités ou les dif­fi­cultés tech­niques décideraient égale­ment les moins de 35 ans à se dés­abon­ner. Au micro de Radio 1 News­beat, West­on un jeune artiste en devenir, con­fi­ait que ces résil­i­a­tions l’in­quié­taient  : “Spo­ti­fy per­met à des mil­lions de per­son­nes d’ac­céder à leur musique et joue le rôle des maisons de dis­ques d’il y a quelques années”. On le sait bien, Spo­ti­fy rémunère les artistes des miettes de pains, mais leur don­nent une cer­taine vis­i­bil­ité notam­ment avec les playlists.

Et le Royaume-Uni n’est pas le seul pays à con­naître à une baisse des abon­nements. Kan­tar a égale­ment souligné que les abon­nés de la caté­gorie des moins de 35 ans ont bais­sé de 6 % aux États-Unis — pas­sant de 63 % à 69 %. Com­ment vont réa­gir les plate­formes à ces chiffres ? Vont-elles baiss­er leur prix ? C’est la ques­tion qui se pose.

(Vis­ité 430 fois)