Hum Beauté Ma Chérie

Avec ses compiles, La Souterraine fait briller les femmes dans le rap

Gilles Deleuze a écrit “la majorité c’est per­son­ne, la minorité c’est tout le monde”, telle est la devise de l’as­so­ci­a­tion La Souter­raine. Depuis 2014, elle promeut la cul­ture rap under­ground, se fau­file en sous-sol pour met­tre en lumière ces artistes par­fois ban­nis des zéniths et autres are­nas, par la créa­tion de com­pi­la­tion allant du cloud rap à la pop urbaine en pas­sant par le “cheesy tun­ing”. Elle rem­pile cette année avec Rur­baines, com­posée de 16 tracks, dom­inée à 87.5 % par des artistes féminines.

Sor­tie le 7 févri­er, elle est en prix libre sur Band­camp. La Souter­raine n’en est pas à son coup d’es­sai. En juin 2019, l’as­so­ci­a­tion sort Rur­bain, œuvre com­posée de 23 tracks rassem­blant des styles pluriels, mais aus­si Rap2filles, sor­tie le 11 décem­bre dernier, pre­mière com­pi­la­tion à pro­pos­er un line-up exclu­sive­ment féminin. Celle-ci sera, d’ailleurs, représen­tée le 23 avril 2020 au Print­emps de Bourges par les ambas­sadrices Casey, Tur­tle White, Jaï, Ossem, KLI et Amalia.

 

À lire également
5 artistes qu’on ne manquera pas au Printemps de Bourges 2020

 

Mais alors, qui sont ces artistes ? Par­mi elles, on compte les deux sœurs de PRIA mi-pop, mi-rap, la très jeune Wel­na, tout juste âgée de 16 ans et déjà brûlante d’in­stru­men­ta­tions old-school mais aus­si la douce Diane, chanteuse débar­quant de sa cabane dans une forêt dans la Creuse (oui, vrai­ment) accom­pa­g­née de son piano. Et ce n’est pas tout ! La ritour­nelle péri­ur­baine de La Fureur de Vouiv­re, l’afro pop dig­i­tale de Mary Bong, le chant auto­tuné de Safia Bahmed-Schwarz, sont autant de tal­ents souter­rains à la rage créa­tive présents sur la com­pi­la­tion Rur­baines.

La Souter­raine ne s’ar­rête pas là puisqu’elle organ­ise, en col­lab­o­ra­tion avec l’as­so­ci­a­tion Rose Bitume, une soirée de pro­mo­tion de leurs com­pi­la­tions au Bad­aboum le 14 févri­er. Evéne­ment au sein duquel seront présentes Kely­Boy, Cœur, Claus Tin­to, Hum Beauté Ma Chérie faisant égale­ment par­tie de Rur­baine. Fini le “Suce ma bite pour la Saint-Valentin” lorsque l’on par­le de rap et de 14 févri­er, place aux femmes, à l’al­ter­natif, à l’un­der­ground et à la fête.

Le lien vers l’événe­ment est ici.

(Vis­ité 845 fois)