© PE Testard

🔊 Bambounou lance son propre label techno et en signe la premiùre sortie

L’artiste tech­no français Jere­my Guin­do alias Bam­bounou a annon­cĂ© la crĂ©a­tion de son pro­pre label, Bambe. Il signe la pre­miĂšre sor­tie avec un maxi de qua­tre titres.

Il est l’un des artistes tech­no français que le monde nous envie : 50Weapons – oĂč il se rĂ©vĂ©lait – mais encore AD 93 (anci­en­nement Whities) ou Disk de Don’t DJ ; Bam­bounou sem­ble main­tenant vouloir vol­er de ses pro­pres ailes et faire s’en­v­ol­er les autres, avec le lance­ment de son pro­pre label Bambe (pronon­cĂ© “Bam­bi”, comme le surnom que ses amis lui donnent).

Pre­miĂšre sor­tie, Cas­cade, signĂ©e Bam­bounou, prĂ©vue en vinyle le 29 mars, dans la con­ti­nu­itĂ© de son Ɠuvre : une tech­no men­tale, pro­gres­sive, qui ne se dis­pense jamais des petites expĂ©ri­men­ta­tions et folies de son crĂ©a­teur. Suiv­ront un maxi col­lab­o­ratif du poulain de Hessle Audio Bruce, puis de la rĂ©si­dente de la radio NTS GiGi FM : “Bambe sera un refuge pour tous les esprits pas­sion­nĂ©s, et dĂ©am­bulera Ă  tra­vers un monde de back­grounds Ă©clec­tiques, pré­cise le label. Il sera propul­sĂ© par la crĂ©a­tion et la tech­nolo­gie dont les hori­zons ne cessent de s’é­ten­dre, et par tous les moyens artis­tiques possibles.”

“Mon label, c’est une start-up.”

Com­ment ça s’est fait ? Raconte-nous


Ça fait un moment que je pense Ă  mon­ter mon label, mais je n’avais peut-ĂȘtre pas suff­isam­ment con­fi­ance en moi avant, je tour­nais tout le temps, ça me parais­sait abstrait. Musi­cale­ment, j’avais l’impression de tourn­er en rond, en tout cas de ne pas utilis­er mon poten­tiel au max­i­mum. J’ai appris Ă  bien m’entourer, notam­ment avec mon man­ag­er Edouard LangĂ© et mon label man­ag­er Thi­js van de Wijn­gaert, qui m’aident Ă©nor­mé­ment et me lais­sent me con­cen­tr­er sur la par­tie crĂ©a­tion. Il y a aus­si Dim­itri Erhard qui s’occupe de la direc­tion artis­tique et qui est l’un des design­ers les plus tal­entueux que j’ai eu la chance de rencontrer.

Quelle musique comptes-tu dĂ©fendre avec ton label ? Quelle sera sa par­tic­u­lar­itĂ© ? Ses artistes ?

Ce label, je le vois comme une plate­forme d’art mul­ti­dis­ci­plinaire. En musique, j’ai essayĂ© de ne jamais me can­ton­ner Ă  un genre ou un style, j’aime Ă©voluer selon mes envies, mĂȘme si mes goĂ»ts restent les mĂȘmes. Mon label, c’est une start-up : je bosse entre autres avec un ingĂ©nieur en infor­ma­tique Taw­fik Bou­jeh, et on a quelques pro­jets qu’on va sor­tir sous Bambe (pas unique­ment de la musique đŸ˜‰)

Pour les artistes je peux vous dĂ©voil­er les deux prochaines sorties :

  • Une col­lab­o­ra­tion entre Bruce et moi, un EP dont je suis extrĂȘme­ment fier, qui reprĂ©sente bien, Lar­ry et moi, nos deux visions musi­cales, si proches et complĂ©mentaires.
  • Un EP de GiGi FM, DJ et pro­duc­trice Ă©mĂ©rite avec une sĂ©lec­tion ultra classe, un disque incroy­able, aus­si dur Ă  dĂ©chiffr­er qu’un gĂ©nĂ©ra­teur de mot de passe automatique.

“J’ai trans­for­mĂ© toute la frus­tra­tion et la perte de con­fi­ance que j’ai ressen­ti au dĂ©but de la crise en Ă©nergie pos­i­tive ; c’est ce qui m’a per­mis de me con­sacr­er au label et j’en suis fier.”

Aujourd’hui c’était le bon moment pour toi alors ? C’est la sit­u­a­tion san­i­taire qui t’a per­mis de t’y consacrer ?

C’est une pĂ©ri­ode par­ti­c­uliĂšre pour tous les acteurs de la cul­ture en gĂ©nĂ©ral – Ă  cause du manque de vision – mais une pĂ©ri­ode qui doit aus­si ĂȘtre prop­ice Ă  la crĂ©a­tion. J’ai essayĂ© de trans­former toute la frus­tra­tion et la perte de con­fi­ance que j’ai ressen­ti au dĂ©but de la crise en Ă©nergie pos­i­tive ; c’est ce qui m’a per­mis de me con­sacr­er au label et j’en suis fier.

À quoi peut-on s’attendre pour la suite avec ce label ?

De la couleur, des sur­pris­es, de minus­cules pois­sons mĂ©talliques et majestueux qui nagent ensem­ble dans l’ocĂ©an de la vie.

Designé par Dim­itri Erhard

(Vis­itĂ© 992 fois)