Skip to main content
© cyphunk
4 septembre 2023

Berlin : clubbers et écologistes se mobilisent contre un projet d’autoroute

par Léa Formentel

Le projet de construction du dernier tronçon de l’autoroute A100, qui progresse à l’est de Berlin, est loin de faire l’unanimité. Vivement opposés à cette idée, déjà très ancienne, écologistes, associations de cyclistes et clubbers s’associent contre un projet urbain qui rayerait cinq clubs de la carte.

 

Le projet, pourtant très ancien, suscite actuellement de vives critiques. À l’est de Berlin, les travaux de construction du dernier tronçon de l’A100 vont, entre autres, devoir raser cinq clubs, dont le célèbre Renate. Et la fronde vient de partout : des écologistes, des associations de cyclistes ainsi que tout le monde de la nuit se sont associés pour manifester contre cette autoroute lors d’une rave, organisée le 2 septembre dernier.

Et c’est avec le slogan « faire reculer l’A100 à coups de basses » que des milliers de jeunes, habitués des clubs de la ville, se sont réunis ce jour-là, jusque tard dans la nuit. Avec l’autorisation des autorités berlinoises, les boîtes de nuit locales ont bloqué la route très fréquentée samedi après-midi et soir, diffusant de la musique sur des scènes improvisées.

 

À lire aussi : Mais c’est quoi cette cartographie des ‘clubs parisiens bienveillants’ ?

 

En mai dernier pourtant, le projet avait déjà provoqué une levée de boucliers, lorsque le gouvernement allemand avait approuvé la construction et rénovation de 144 projets autoroutiers. Des machines à fumée, des sphères lumineuses et des stands de boissons ont trouvé leur place au milieu des panneaux de signalisation et des feux de circulation. Pendant ce temps, des milliers de fêtards, d’activistes pour l’environnement et de résidents locaux ont métamorphosé un tronçon d’un kilomètre de la route principale du quartier de Friedrichshain, situé à l’est de Berlin, en une piste de danse en plein air.

La construction de l’autoroute avait elle débuté à Berlin-Ouest en 1958, lors de division de la ville entre l’Ouest capitaliste et l’Est communiste – initialement avec l’espoir qu’elle deviendrait, un jour, un périphérique si Berlin était un jour réunifiée. Pour les Berlinois, la rave du 2 septembre avait également pour but de lutter pour l’avenir de la ville. Affaire à suivre…

 

 

 

Visited 32 times, 1 visit(s) today