Skip to main content
9 août 2022

Beyoncé pète les scores une semaine après la sortie de « Renaissance »

par Bérénice Hourçourigaray

Une semaine après la sortie de Renaissance, le septième album studio de Beyoncé, ça donne quoi ? Entre polémiques et critiques acerbes une seule chose est sûre : elle est numéro 1 en Australie, en Irlande, en France, aux États-Unis et au Royaume-Uni. 

On sait qu’en ce moment, Beyoncé traverse une période sinueuse… Dans la chanson « Heated« , l’utilisation du mot « spaz » est jugée insultante pour les personnes en situation de handicap. Elle a même dû réécrire ce passage. Plus récemment, c’est le titre « Energy » qui s’est vu attirer les foudres de la chanteuse Kelis. Au lendemain de la sortie de l’album, le 30 juillet, Kelis a réagi sur son compte Instagram à l’utilisation de son tube « Milkshake », produit par Pharrell Williams et Chad Hugo du groupe The Neptunes, en 2003. L’interprète de « Trick Me » a reproché à Queen B, d’avoir utilisé sa chanson sans son accord et sans même l’en avoir informée. Beyoncé a fini par prendre en compte les critiques de la chanteuse et a supprimé le sample de « Milkshake »Vous l’aurez compris, pas facile pour Queen B. Mais si on peut la rassurer quelque part, c’est dans son succès. Car les chiffres ne mentent pas.

À LIRE AUSSI : Après l’écoute du dernier album de Beyoncé, qu’est-ce qu’on fait ?

 

Un record au Royaume-Uni

Pour sa première semaine, Renaissance entre donc numéro un du Billboard 200 avec un chiffre solide de 332.000 équivalents ventes, réalisant ainsi le meilleur démarrage de l’année pour l’album d’une artiste féminine, et le deuxième meilleur score derrière Harry’s House de Harry Styles aux Etats-Unis. La dernière femme à avoir occupé cette place était Adele avec 30, en 2021. Plus étonnamment, Beyoncé a également réussi à conquérir le cœur des Anglais. Comme nous l’indiquait la BBC, son album devient numéro 1 et ce, dès la première semaine. Renaissance a également été la plus grosse vente de la semaine de vinyle.

Quand B rivalise avec Jul 

L’accueil de la critique en France a été délicat. Le Figaro allant jusqu’à demander l’intérêt de « déterrer de la vieille techno des années 90 » et caractérisant cet album de « vide ». Mais les chiffres ne mentent pas. Comme vient de l’annoncer le SNEP (Syndicat national de l’édition phonographique) l’album de Beyoncé entre directement numéro un des ventes, avec le score de 10.783 équivalents ventes au compteur, devant les rappeurs Gazo et Jul. De quoi faire des jaloux. Queen B n’a donc peut-être pas conquis la critique mais les fans, en revanche, sont au rendez-vous. Cette situation nous renvoie à l’éternel débat de la légitimité d’une critique face à un public. À qui faut-il plaire : aux aguerris ou aux fans ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le SNEP (@snepmusique)

Beyoncé a l’air d’avoir fait son choix. Comme une prémonition, le premier single « Break My Soul », actuellement le 14ème titre le plus écouté au monde sur Spotify, assène pendant quatre minutes trente-sept : « You won’t break my soul ». Comme si, du haut de son cheval électrique, rien ne pouvait l’atteindre. Comme qui dirait « la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe ». Alors peu importe les avis, tout ce qu’on sait, c’est qu’on ne va pas se gêner pour se déhancher dessus cet été.

Visited 56 times, 1 visit(s) today