Beyoncé pète les scores une semaine après la sortie de “Renaissance”

Une semaine après la sor­tie de Renais­sance, le sep­tième album stu­dio de Bey­on­cé, ça donne quoi ? Entre polémiques et cri­tiques acerbes une seule chose est sûre : elle est numéro 1 en Aus­tralie, en Irlande, en France, aux États-Unis et au Royaume-Uni. 

On sait qu’en ce moment, Bey­on­cé tra­verse une péri­ode sin­ueuse… Dans la chan­son “Heat­ed”, l’utilisation du mot “spaz” est jugée insul­tante pour les per­son­nes en sit­u­a­tion de hand­i­cap. Elle a même dû réécrire ce pas­sage. Plus récem­ment, c’est le titre “Ener­gy” qui s’est vu attir­er les foudres de la chanteuse Kelis. Au lende­main de la sor­tie de l’al­bum, le 30 juil­let, Kelis a réa­gi sur son compte Insta­gram à l’u­til­i­sa­tion de son tube “Milk­shake”, pro­duit par Phar­rell Williams et Chad Hugo du groupe The Nep­tunes, en 2003. L’in­ter­prète de “Trick Me” a reproché à Queen B, d’avoir util­isé sa chan­son sans son accord et sans même l’en avoir infor­mée. Bey­on­cé a fini par pren­dre en compte les cri­tiques de la chanteuse et a sup­primé le sam­ple de “Milk­shake”Vous l’au­rez com­pris, pas facile pour Queen B. Mais si on peut la ras­sur­er quelque part, c’est dans son suc­cès. Car les chiffres ne mentent pas.

À LIRE AUSSI : Après l’écoute du dernier album de Bey­on­cé, qu’est-ce qu’on fait ?

 

Un record au Royaume-Uni

Pour sa pre­mière semaine, Renais­sance entre donc numéro un du Bill­board 200 avec un chiffre solide de 332.000 équiv­a­lents ventes, réal­isant ain­si le meilleur démar­rage de l’an­née pour l’al­bum d’une artiste fémi­nine, et le deux­ième meilleur score der­rière Har­ry’s House de Har­ry Styles aux Etats-Unis. La dernière femme à avoir occupé cette place était Adele avec 30, en 2021. Plus éton­nam­ment, Bey­on­cé a égale­ment réus­si à con­quérir le cœur des Anglais. Comme nous l’indi­quait la BBC, son album devient numéro 1 et ce, dès la pre­mière semaine. Renais­sance a égale­ment été la plus grosse vente de la semaine de vinyle.

Quand B rivalise avec Jul 

L’accueil de la cri­tique en France a été déli­cat. Le Figaro allant jusqu’à deman­der l’intérêt de “déter­rer de la vieille tech­no des années 90” et car­ac­térisant cet album de “vide”. Mais les chiffres ne mentent pas. Comme vient de l’an­non­cer le SNEP (Syn­di­cat nation­al de l’édi­tion phono­graphique) l’al­bum de Bey­on­cé entre directe­ment numéro un des ventes, avec le score de 10.783 équiv­a­lents ventes au comp­teur, devant les rappeurs Gazo et Jul. De quoi faire des jaloux. Queen B n’a donc peut-être pas con­quis la cri­tique mais les fans, en revanche, sont au rendez-vous. Cette sit­u­a­tion nous ren­voie à l’éter­nel débat de la légitim­ité d’une cri­tique face à un pub­lic. À qui faut-il plaire : aux aguer­ris ou aux fans ?

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par Le SNEP (@snepmusique)

Bey­on­cé a l’air d’avoir fait son choix. Comme une pré­mo­ni­tion, le pre­mier sin­gle “Break My Soul”, actuelle­ment le 14ème titre le plus écouté au monde sur Spo­ti­fy, assène pen­dant qua­tre min­utes trente-sept : “You won’t break my soul”. Comme si, du haut de son cheval élec­trique, rien ne pou­vait l’atteindre. Comme qui dirait “la bave du cra­paud n’atteint pas la blanche colombe”. Alors peu importe les avis, tout ce qu’on sait, c’est qu’on ne va pas se gên­er pour se déhanch­er dessus cet été.

(Vis­ité 716 fois)