Capture d'écran de vidéos Youtube

🎬 Blu Samu, Miel de Montagne ft. Jacques… les clips de la semaine

Nous sommes ven­dre­di, l’heure est au bilan de fin de semaine des clips musi­caux. Ces derniers jours, la scène fran­coph­o­ne Ă©tait Ă  l’hon­neur. Voici une courte sĂ©lec­tion de clips. 

Syn­onyme de fin de semaine, de début week-end pour la plu­part d’en­tre nous, ven­dre­di est le jour des sor­ties d’al­bums. Une journée aus­si exci­tante que plein de sur­pris­es qui enchante autant qu’elle déçoit mal­heureuse­ment par­fois tous les ama­teurs de musique. Si vous faites par­tis des déçus des sor­ties d’al­bum du jour, on est là pour vous aider à remon­ter la pente. Comme ven­dre­di dernier, voici la sélec­tion des cinq clips qui nous ont le plus séduits cette semaine.

EnchantĂ©e Julia featuring Benjamin Epps — Longo MaĂŻ

Ce n’est pas un, mais deux invitĂ©s de pres­tige que s’of­fre Enchan­tĂ©e Julia dans le clip de son nou­veau sin­gle Ă©ponyme de son prochain EP. Dans la vidĂ©o de “Lon­go Maï”, la française s’en­toure du rappeur Ben­jamin Epps au sec­ond refrain et de Fifou, directeur artis­tique coqueluche du rap français actuelle­ment. On voit le pho­tographe appa­raĂ®tre Ă  plusieurs repris­es aux cĂ´tĂ©s des deux artistes, quant Ă  eux au cĹ“ur d’un morceau d’amour. D’ailleurs, “Lon­go Maï” sig­ni­fie “dure longtemps” en provençal. Le thème Ă©tait sous nos yeux avant mĂŞme de lancer le morceau. En espĂ©rant que cette his­toire d’amour ne soit qu’une boucle infinie, Ă  l’im­age de son clip qui recom­mence sans cesse avec les plans du dĂ©but… L’EP Lon­go MaĂŻ est disponible le 3 juin.

Blu Samu — Turquoise

Pro­tégée d’un des groupes de rap les mieux instal­lés en terre de la cap­i­tale du plat pays belge, Blu Samu a tra­vail­lé son style au côté du groupe brux­el­lois Le 77. Un groupe bour­ré d’én­ergie où langue de Molière et fla­mand se mélan­gent, don­nant une recette hip-hop et rnb aus­si cat­a­pul­tante que planante. Blu Samu tire de son expéri­ence auprès du groupe une sci­ence de la rime et des flows, qu’elle marie au gré de ses envies à sa voix déli­cate et volon­taire­ment frag­ilisée sur ses refrains. Lorsqu’elle décide de don­ner une pro­fondeur assumée à ses morceaux. Son nou­veau titre “Turquoise” offre une belle oppor­tu­nité de décou­vrir deux des nom­breuses facettes de Blu Samu : rap­per et chanter sur un instru­men­tal hip-hop.

Miel De Montagne featuring Jacques — Le Tuto

“Laisse-toi porter par la vibe et surtout reste toi même un pu vague”, Miel de Mon­tagne et Jacques jouent les rôles de grands frères dans leur nou­veau clip pour nous livr­er “Le Tuto” de la vie. Rien que ça… Sur des notes de syn­thés légères et des per­cus­sions supra-groovy, les deux artistes les plus “détente” de la scène fran­coph­o­ne chantent et dévoilent leurs meilleurs astuces pour une vie sim­ple. Aus­si légère que le ton de ce nou­veau track de Miel de Montagne.

 

Ă€ lire Ă©galement
🎬 Vitalic, Angèle, Lolo Zouaï… La sĂ©lection des clips de la semaine

 

De la Romance — Maldoror

Quand bien mĂŞme les pré­cieux con­seils du morceau de Miel de Mon­tagne et Jacques ne fonc­tion­neraient pas, par pitiĂ©, ne tombez pas dans la cupid­itĂ© et la noirceur de Mal­doror, per­son­nage prin­ci­pal des poèmes du Comte de LautrĂ©a­mont. C’est en cet homme aus­si som­bre et nihiliste qu’énig­ma­tique, que De La Romance alias Vin­cent Girault est allĂ© chercher l’in­spi­ra­tion pour son tout nou­veau clip “Mal­doror”. La musique du track est aus­si vio­lente que sen­suelle. Les per­cus­sions bous­cu­lent la voix de Girault, qui se sta­bilise et ras­sure l’or­eille de l’au­di­teur avant de devenir Ă  son tour angois­sante. La faute Ă  la monot­o­nie de sa voix cou­plĂ©e avec l’in­stru­men­tal qui rend le tout lourd, pesant. Vous retournerez bien Ă©couter Miel de Mon­tagne et Jacques pour garder le moral après Ă§a ?

Obongjayar — I Wish It Was Me

Clin d’œil au pre­mier clip de notre sélec­tion et la boucle est bouclée ? Retour au fil­tre VHS, comme sur le clip d’En­chan­tée Julia et Ben­jamin Epps. Le lon­donien Obong­ja­yar signe une live-session à l’i­den­tité visuelle portée sur le vin­tage. Et une presta­tion aus­si puis­sante que déli­cate sim­ple­ment mise en valeur par un syn­thé­tiseur et une basse en guise de fond sonore. Toute la place est pour Obong­ja­yar et il le mérite amplement.

(Vis­itĂ© 389 fois)