La salle de concert du Hasard Ludique aménagée en dancefloor ©Charlotte Béja

Bonheur : C’est l’heure de la réouverture pour Le Hasard Ludique

Le Hasard Ludique s’est remis sur de bons rails depuis le jeu­di 17 févri­er après deux (trop) longs mois de fer­me­ture liée au Covid. Une très belle pro­gram­ma­tion est d’ores et déjà prévue pour l’oc­ca­sion, Vin­cent Mer­let, co-directeur du Hasard Ludique nous l’a assuré.

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par Le Hasard Ludique (@lehasardludique)

Depuis 2017, le Hasard Ludique s’est instal­lé dans l’an­ci­enne gare de l’av­enue de Saint-Ouen. Faisant de cette anci­enne sta­tion tris­te­ment aban­don­née, un lieu à mi-chemin entre un bar, une salle de con­cert et un espace réservé à des ate­liers, des expo­si­tions et des marchés de créa­teurs à quelques pas de la Porte de Saint-Ouen. Son retour, Le Hasard Ludique a eu le temps de le pré­par­er avec soin durant toute sa péri­ode de fer­me­ture. On peut pari­er sans sour­ciller que l’été sera très chou­ette dans le nord de Paris. Gargän­tua, Enchan­tée Julia, Alvin Chris, Jew­el Usain, Gabriel Tur, Anna of the North ou encore Mako­to San font déjà par­tie de la pro­gram­ma­tion con­cert jusqu’à la fin de la belle sai­son. A l’oc­ca­sion de la réou­ver­ture, le co-fondateur du Hasard Ludique, Vin­cent Mer­let fait un point sur les atouts de ce lieu si spé­cial dans le paysage cul­turel parisien.

 

À lire également
🤝 Réouverture du Hasard Ludique : “On en ressort plus soudés que jamais”

 

Com­ment présenterais-tu le Hasard Ludique à quelqu’un qui n’y a jamais mis les pieds ?

Le Hasard Ludique

© Le Hasard Ludique

Tou­jours com­pliqué de résumer notre pro­jet aux mille facettes sans rien oubli­er… On pour­rait définir Le Hasard Ludique au tra­vers de ses activ­ités : con­certs, clubs, con­férences, ate­liers, marchés de créa­teurs, bar, restau… ou par­ler de l’ancienne gare de la Petite Cein­ture qu’il occupe, mais finale­ment cela ne résumerait pas vrai­ment l’esprit du lieu. Je dirais que le Hasard Ludique souhaite pro­pos­er un espace safe et inclusif où tout indi­vidu, artiste, col­lec­tif est libre d’exister, de créer et de dia­loguer. C’est notre ADN. Il infuse à tous les niveaux notam­ment dans nos choix de pro­gram­ma­tion et dans notre manière de communiquer.

Quels sont les grands axes artistiques ?

On peut les résumer en 4 mots clefs : musique,  fête, curiosité, inclu­siv­ité. La musique est au cen­tre de nos préoc­cu­pa­tions, c’est claire­ment la dis­ci­pline qui nous fait le plus vibr­er. On est par­ti­c­ulière­ment sen­si­bles aux pro­jets musi­caux qui vien­nent brouiller les pistes en mix­ant des influ­ences tra­di­tion­nelles de régions du monde avec des sonorités élec­tron­iques con­tem­po­raines. On accueille beau­coup de pro­jets afro-descendants ou venant d’Amérique du Sud. Il nous arrive aus­si régulière­ment de pro­gram­mer des artistes pop, du hip hop, du r’n’b, de la folk et de la soul. On essaie de tra­vailler avec des jeunes artistes français.es en développe­ment comme des tal­ents inter­na­tionaux de pas­sage par Paris.

Si on jette un œil à notre pro­gram­ma­tion, on y voit beau­coup de teufs, très sou­vent en col­lab­o­ra­tion avec des col­lec­tifs qui ont des choses intéres­santes à défendre. On a par exem­ple tra­vailler avec Sœurs Mal­saines qui ten­dent à vis­i­bilis­er des minorités de genre, mais aus­si Au-delà du Club, Les Dis­ques du Lob­by, La Kauzette… En par­al­lèle, on donne une grande place à des con­férences, des ren­con­tres, des jeux et ate­liers mais aus­si des marchés de créateurs.rices qui par­lent de sex & body pos­i­tivism, de fémin­isme, d’écologie, d’afro mil­i­tan­tisme, de sol­i­dar­ité avec les per­son­nes réfugiées…

Hasard Ludique

© Maw­im­bi

Quel est ton meilleur sou­venir du Hasard Ludique ?

Je pour­rais t’en citer 1 000 ! Mais un très bon sou­venir de la fin d’année passée : le Bin­go Dis­co­quin. On a organ­isé cet évène­ment dans le cadre de la 4ème édi­tion du marché de l’illustration imper­ti­nente : une vraie bouf­fée d’air frais dans cet océan de restric­tions et de con­traintes. La team Bin­go Dis­co nous a retourné le lieu à base de con­fet­tis, de punch­line bien lol, de pluie de sex­toys : le pub­lic était bouil­lan­tis­sime ! J’ai d’ailleurs don­né de ma per­son­ne et enfilé un leg­ging pail­lette pour une ses­sion pool dance dont je me sou­viendrais longtemps.

Quels seront les grands évène­ments jusqu’à l’été ?

On est super fiers de notre pro­gram­ma­tion de réou­ver­ture car on craig­nait vrai­ment qu’avec les fer­me­tures suc­ces­sives, l’annulation des tournées et les dif­fi­cultés que ren­con­tre tout le secteur musi­cal, on se retrou­ve sans rien. Mais tout le monde a su s’adapter (encore une fois). En plus d’une cinquan­taine de belles dates jusqu’à l’été, on a prévu quelques temps forts qui devraient faire du bruit (façon de par­ler… Les voisin.e.s si vous me lisez on vous promet on fera atten­tion…) et notam­ment un méga open air sur nos 2 000m² de voies fer­rées en friche à l’occasion de notre 5ème anniver­saire, le same­di 30 avril ! On va annon­cer très bientôt.

Hasard Ludique

(Vis­ité 416 fois)