Skip to main content
19 avril 2019

Ca sort aujourd’hui : vendredi 18 avril

par Lolita Mang

C’est vendredi, c’est jour de sortie ! Vu qu’il est parfois difficile de s’y retrouver avec tous les disques qui sortent chaque semaine, Tsugi a décidé de vous faciliter la tâche en vous faisant une petite sélection de galettes – LPs et EPs confondus – qui viennent de paraître et qui nous font vraiment envie : voici donc de quoi accompagner votre week‐end avec les douces reprises bossa nova de Nouvelle Vague, l’électro jazzy de Zerolex, la trap excitée de Chevalien, la house de Space Dimension Controller, la techno noire de Dax J et de Barney Khan ou encore la dark ambient de Mondkopf.

Nouvelle Vague – Curiosities [Kwaidan Records]

Pour ses 15 ans, le duo Nouvelle Vague revient avec Curiosities. Le groupe s’est fait connaître pour ses ré-interprétations des classiques de l’ère punk et new rave, dans le style bossa nova des années 50 et 60. Avec cet album, Marc Collin et Olivier Libaux marquent un retour vers les premiers morceaux : une guitare acoustique, quelques claviers et toujours des chanteuses aux voix suaves et élégantes. On y retrouve les habituées Elodie Frégé, Mélanie Pain et Phoebe Killdeer. Combo gagnant.

Nouvelle Vague investira l’Eglise Saint-Eustache le 6 mai prochain. Pour plus d’informations, rendez-vous sur la page Facebook de l’évènement

Zerolex – Touché-coulé [Archi Records]

Avec son deuxième disque, Touché-coulé, Zerolex prend un tournant franchement jazz. Pour accompagner ses titres planants et contemplatifs, le producteur a choisi un saxophone et une contre-basse pour un ménage à trois tout en douceur et volupté. Mais ne vous laissez par avoir par ces mélodies orchestrales. Les sons plus électroniques ne disparaissent en aucun cas derrière cette affirmation du jazz, comme le rappelle le morceau « Touché-coulé ». Un petit format pour les amateurs de mélanges hasardeux mais réussis.

Mondkopf – How Deep Is Our Love ? [Hands In The Dark Records]

Avec How Deep Is Our Love ?, Mondkopf signe son premier long-format chez Hands in the Dark. Le Parisien nous offre ici quatre pistes d’une dizaine de minutes. Si « Inner Fire » propose une ambiance calme et contemplative, la tension crescendo monte sur « Death Is Not a Lover », titre le plus dark ambient du disque. Et si une atmosphère cinématique semble se dégager de cet ensemble abstrait c’est normal : il est devenu la bande originale du film The Silence of the Sirens réalisé par Diana Vidrascu. A noter que ce faux-documentaire expérimental est une adaptation de l’oeuvre éponyme de Franz Kafka.

Space Dimension Controller – ReSEQ EP [R&S Records]

Depuis sa fondation en 1984, R&S est devenu une institution. Son logo en forme d’étalon a frappé bon nombre de productions électroniques, d’Aphex Twin à Joey Beltram en passant par Derrick May, James Blake ou encore Nicolas Jaar. Aujourd’hui, le label nous propose encore une sortie de qualité avec l’EP ReSEQ du producteur Londonien Space Dimension Controller. On y découvre une house élégante, finement ciselée, où se mélange synthétiseurs funk et nappes d’ambient. Une atmosphère spatiale rétro-futuriste qui devrait plaire aux amateurs du genre.

Chevalien – Moonglasses [Ghost Coast / Make Me Prod]

Bien loin des mélanges entre électro et jazz de Zerolex, Chevalien explore lui aussi les rencontres entre univers multiples. Entre metal, trap et hip-hop, c’est peu dire que Moonglasses saura vous réveiller. Annoncé par le morceau « Bleu Blanc Blood », cet EP explore des sonorités plus sombres et énervées, qui secouent jusqu’à la moelle. Le rap y est moins posé, plus agité. En bonus, un remix de « Sunderground », le titre phrase du chanteur, par Zero Gravity. A vos risques et périls.

Chevalien se produira ce samedi 20 avril au Printemps de Bourges. Plus d’informations sur la page Facebook du festival

Various Artists – Earth Night 2019 [Earth Night Records]

Danser pour sauver le climat, c’est peut-être la meilleure idée de la semaine. Pour la seconde fois cette année, l’association DJs for Climate Action a réuni des producteurs de tous les genres dans une compilation aussi éclectique qu’engagée. De Curses à Cyril Hahn, en passant par Stefano Ritteri, les invités viennent de tous les horizons, et on le ressent. Entre techno pure et accents plus disco funk, chacun y trouve son compte. De plus, les profits cumulés par Earth Night serviront à financer les partenariats avec diverses associations. Parmi elles, Little Sun, qui travaille sur les énergies renouvelables, et Earth Guardians, dont l’action se concentre sur la sensibilisation des jeunes au réchauffement climatique. De quoi ravir Greta Thunberg.

Dax J – Chaos Come To Conquer [Monnom Black]

Dax J retourne sur le label berlinois Monnom sur lequel il livre le nouvel EP Chaos Come To Conquer. Dessus, il nous propose quatre titres qui explorent les tréfonds d’une techno taillée pour les warehouses, oscillant entre des sonorités acid et jungle. Les BPM sont relativement élevés et la production brute et grésillante rappellera le début des années 90. Cependant, le producteur Londonien installé à Berlin y ajoute une dose de puissance supplémentaire dans ses kicks et n’autorise aucun relâchement dans la structure des morceaux. Chaos, oui c’est le mot.

Barney Khan – Farenheit 311 [Bis Bald Records]

Entrée dans l’univers de Barney Khan. Avec son premier album Farenheit 311, le jeune producteur tisse des passerelles entre la techno et l’ambient. Dans sa première partie, le disque alterne entre kicks, infrabasses et passages plus méditatifs comme sur « Impressionism » ou « As A Young Wasteman ». Les six derniers titres s’avèrent plus accueillants, en témoigne les voix vaporeuses de « Shutters » ou les notes douces mélancoliques d » »A Portrait Of ».

Visited 9 times, 1 visit(s) today