Superpoze par @cheadsmagazine and @engelauren

Ça sort aujourd’hui : vendredi 19 juillet

C’est ven­dre­di, c’est jour de sor­tie ! Vu qu’il est par­fois dif­fi­cile de s’y retrou­ver avec tous les dis­ques qui sor­tent chaque semaine, Tsu­gi a décidé de vous faciliter la tâche en vous faisant une petite sélec­tion de galettes – LPs et EPs con­fon­dus – qui vien­nent de paraître et qui nous font vrai­ment envie : voici donc de quoi accom­pa­g­n­er votre week-end avec les mélodies planantes de Super­poze et Rodriguez Jr., les gron­de­ments de bass­es d’HELL­CAT, la tech­no anglo-batave d’Ab­sent et l’élec­tro hybride de Qnet.

Various Artists — HELLCAT VOL. 1 [bbbbbb recors]

On n’é­tait pas bien réveil­lés ce matin, puis on s’est mis à écouter cette nou­velle pépite de HELLCAT, antenne de bbbbbb records, et ça nous a remis d’aplomb. Si jamais vous cher­chiez de nou­veaux sons qui vous pré­par­ent au côté obscur du dance­floor, c’est ce qu’il vous faut. Et sur­veillez bien ce label, car HELLCAT s’ap­prête à sor­tir des morceaux faits sur mesure pour aller nighter. Le pre­mier titre “Sober Rav­ing” de la polon­aise VTSS débute avec un rire d’en­fant qui vient nous nar­guer suivi d’un gron­de­ment de bass­es et d’une belle cacoph­o­nie de per­cus­sions. Après vient le morceau de Caden­cy, surnom caché de Hec­tor Oaks mêlant gros kicks, voix sam­plées obscures qui par­lent de “manger de l’aci­er”, d’où le titre “Eat­ing Steel”. Troisième morceau, le jeune islandais Bjar­ki, à la tête de bbbbbb, s’as­so­cie à Kuld­aboli pour un titre tou­jours tech­no, mais plus aérien. On se ver­rait bien l’é­couter à la fin d’un set à 6h du matin pour appréci­er le lever du jour. Enfin, le dernier titre accélère le rythme — mais alors vrai­ment — jusqu’à 160 bpm. Pas très bon pour les car­diaques, bien meilleur pour les galopeurs aguer­ris.

Absent — Animated EP [Beard Man]

Un pont s’est créé au-dessus de la Mer du Nord. Le pio­nnier de la tech­no bri­tan­nique Mark Broom a invité Absent sur son label Beard Man ; le pro­duc­teur néer­landais natif d’An­vers y livre Ani­mat­ed, EP tech­noïde sans con­ces­sion. Tombé dedans quand il était petit, Yann Van Uffe­len — de son vrai nom — développe une tech­no intense, pro­fonde et som­bre prête à ensor­cel­er tous types de dance­floors. Le per­cus­sif bour­don­nement mêlé à quelques feule­ments et une ryth­mique tech-house dans “Anoth­er Track”, l’am­biance plus étouf­fée et sous-marine de “Ani­me”, l’au­toroute groovy qu’est “Thin Leaves”… Tout con­tribue à créer une atmo­sphère immer­sive et une véri­ta­ble invi­ta­tion à la danse. Un pur pro­duit anglo-batave.

Qnete — Devils In The Dust [X‑Kalay]

Inclass­able. Ayant déjà offi­cié pour de nom­breux labels, dont Shtum, Smal­l­ville Records et Lob­ster Theremin, Qnete élit cette fois domi­cile chez les lon­doniens de X‑Kalay, pour y livr­er un impec­ca­ble EP. Sur Dev­ils in The Dust, le pro­duc­teur de Leipzig jon­gle avec les codes élec­tron­iques et les sonorités : l’acid house ouvrant le disque avec “Sand Pro­gres­sion”, les accents pro­gres­sif, two-step et même ara­bisants de “Ata­ca­ma Behe­moth”, les ryth­miques résol­u­ment trap de “Touch­ing Down, Tak­ing Off”… Tout est hybride et métis­sé, accouchant d’une musique très créa­tive et admirable­ment pro­duite. Dif­fi­cile cepen­dant de ranger le disque dans un étagère : faut-il choisir le ray­on house, bass music ou pro­gres­sive ?

Rodriguez Jr. — Malecón Azul [Mobilee Records]

Avec deux titres seule­ment, le nou­veau disque de Rodriguez Jr. se con­somme comme un encas, frais et par­fait pour l’été. Malecón Azul est la pre­mière sor­tie du pro­duc­teur français depuis son album émo­tion­nel Baobab en 2017. Cette toute nou­velle galette s’ou­vre sur une tech­no mélodieuse et planante avec un pre­mier extrait éponyme. Le sec­ond titre, “Clus­ter #1” explore des con­trées plus som­bres et min­i­mal­istes, en pas­sant par quelques touch­es d’acid. Deux morceaux com­plé­men­taires que Rodriguez Jr. présente mieux que quiconque : “Nor­male­ment, tout com­mence en stu­dio, mais ces deux morceaux sont nés sur la route, avec la chaleur du pub­lic et la flu­id­ité de la per­for­mance live. Ils sont rem­plis de l’én­ergie qu’ils ont recueil­lie en tournée. Malecón Azul cap­ture l’ex­péri­ence intense et unique d’être sous le soleil, face à la mer, dans un endroit loin­tain qui se sent comme chez soi”. Tail­lé pour l’été, on vous l’avait dit.

Superpoze — La Source (Musique originale du film) [Combien Mille Records — Grand Musique Management]

Pour clô­tur­er notre sélec­tion des meilleures sor­ties du jour, on a décidé de s’in­staller bien con­fort­able­ment et d’at­trap­er un grand paquet de pop corns. C’est en effet de ciné­ma qu’il s’ag­it désor­mais. Il faut dire que le sep­tième art n’a plus beau­coup de secret pour Super­poze. Après deux bandes-originales pour les films À voix haute (Réal­isa­teur, 2018) et Frères Enne­mis (David Oel­hof­fen, 2018), plus rien ne peut l’ef­fray­er. Et cer­taine­ment pas la com­po­si­tion de la musique de La Source de Rodolphe Lau­ga, dont la sor­tie dans les salles français­es est prévue pour le 24 juil­let prochain. Un film qui suit la route d’un jeune homme souhai­tant devenir sur­feur, mais qui doit d’abord appren­dre à nag­er… Pour mari­er ses pro­duc­tions à l’am­biance du long-métrage, le pro­duc­teur français a donc dû con­fron­ter les thèmes de la peur et de l’eau en musique. Un pari bril­lam­ment réus­si, dès le pre­mier extrait “Tahi­ti”. Ain­si, tout l’al­bum oscille entre mélan­col­ie (“Seule”) et onirisme (“L’éveil”, “The End­less Sum­mer”). De quoi don­ner envie de plonger dans le grand bain. 

(Vis­ité 1 038 fois)