Extrait de la pochette de "Voyage Voyage" par COMA

Ça sort aujourd’hui : vendredi 29 novembre

C’est ven­dre­di, c’est jour de sor­tie ! Vu qu’il est par­fois dif­fi­cile de s’y retrou­ver avec tous les dis­ques qui sor­tent chaque semaine, Tsu­gi a décidé de vous faciliter la tâche en vous faisant une petite sélec­tion de galettes – LPs et EPs con­fon­dus – qui vien­nent de paraître et qui nous font vrai­ment envie : voici donc de quoi accom­pa­g­n­er votre week-end avec la synth-pop futur­iste de COMA, le rock punk de The Pre­fects, la com­pi­la­tion forte en BPM du label Pls.Uk, la tech­no mys­térieuse de Jerome Hill, l’indie-rock de Bas­ton et les sonorités indus­trielles de Cubenx.

COMAVoyage Voyage [City Slang Records]

Mal­gré les apparences, il ne s’ag­it pas d’une réédi­tion du tube de Desire­less mais bien du nou­v­el album du duo alle­mand COMA. Inti­t­ulé Voy­age Voy­age, ce disque pro­pose de décou­vrir des paysages sonores dynamiques et mélodiques tein­tés d’une belle mélan­col­ie. D’abord passés sur le label Kom­pakt avec deux LPs (In Tech­ni­col­or et This Side Of Par­adise), les deux artistes ont cette fois décidé de col­la­bor­er avec le label City Slang (Cari­bou, Gold Pan­da, Tin­der­stick). Sur les dix titres de l’al­bum, ils fusion­nent piano, gui­tare, syn­thé et bat­terie et créent tout un univers synth-pop aux sonorités futur­istes. Gros coup de coeur pour le morceau “Inside Out” avec ses boucles pré­cis­es et sa vibe rétro 90’s qui va en faire fon­dre plus d’un. Ce Voy­age Voy­age est défini­tive­ment le “must-listen” de la semaine.

The Prefects — Going Through The Motions [Call Of The Void]

Atten­tion, légen­des du punk en approche. Con­sid­éré comme un des pre­miers groupes de rock punk bri­tan­niques, The Pre­fects est le pro­jet musi­cal qui mar­que les débuts de car­rière de Robert Lloyd (le chanteur des Nightin­gales). Orig­i­naires de Birm­ing­ham, ils ont par­ticipé entre autres à la tournée “White Riot” de The Clash. Si on repar­le d’eux aujour­d’hui c’est parce qu’ils pro­posent la pre­mière col­lec­tion vinyle de leurs enreg­istrements en stu­dio. Pre­mière car mal­gré deux “Peel Ses­sion”, le groupe n’avait jamais réus­si à sor­tir au moins une démo. Going Through The Motions est com­posé de 10 morceaux, dont deux enreg­istrés lors d’un live à l’Elec­tric Cir­cus de Man­ches­ter. Sur cet album, on retrou­ve les sonorités punk anglais­es qui ont fait la répu­ta­tion du genre dans les années 70–80. Une bonne dose de rock et de nos­tal­gie qui ravi­ra plus d’un fan.

Various Artists — Power Levelling Sequence [Pls.Uk]

Besoin d’un petit coup de boost ? Voilà la com­pi­la­tion Pow­er Lev­el­ling Sequence, un con­den­sé de BPM à l’é­tat pur. Elle sort sur Pls.Uk, le label de FLmm et Time Trav­el­er, des Ital­iens d’o­rig­ine main­tenant basés à Lon­dres. Après avoir pro­duis des tracks cha­cun de leur côté, ils sont main­tenant prêts à met­tre en avant leurs tal­ents de col­lab­o­ra­teurs pour cette nou­velle com­pil’. Dans un style obscur et puis­sant, elle est com­posée des morceaux de 138 (duo améri­cain), du Nééer­landais Chafik Chen­nouf, de DJ Over­dose et du duo cana­di­en MDD. Entre rythme tech­no, breaks, cym­bales qui grésil­lent, gross­es lignes acid, ou syn­thé­tiseur style années 80, cette com­pi­la­tion est une véri­ta­ble arme de destruc­tion mas­sive qui met­tra à mal vos meilleurs cais­sons de bass­es. C’est l’EP par­fait pour se chauf­fer avant d’aller en ware­house ce week-end.

Jerome Hill — Eat The Evidence [DEXT Recordings]

Après avoir offi­cié depuis plus de vingt ans sur de nom­breux labels tels que Don’t, Super Rhythm Trax ou encore Fat Hop, le pro­duc­teur Jerome Hill est de retour avec Eat The Evi­dence, un nou­v­el EP sur DEXT Record­ings. Dans ce maxi de qua­tre titres, il déchaîne son côté under­ground et sa tech­no mys­térieuse, par­fois à la lim­ite de l’oc­culte. Le pro­duc­teur utilise des gross­es bat­ter­ies mélangées à des breaks acides pour créer des tracks aux sonorités indus­trielles. Grâce à des notes syn­thé bien placées, on retrou­ve même une petite atmo­sphère de bande-son de jeux-vidéo dans le titre “Song For Aitch”. Un bon moment tech­no à souhait.

Baston — Primates [Howlin’ Banana Records]

Après un pre­mier EP en 2015 inti­t­ulé Ges­ture, Bas­ton revient avec Pri­mates. À fond les réverbes. C’est sans aucun doute le maître mot de cet album, entre indie et rock. Les dix pistes rap­pel­lent l’oeu­vre de The Verve et The Stone Ros­es. De la voix de Maxime Der­rien aux riffs planants bour­rées de nos­tal­gie des 90’s, les Brestois ont trou­vé un équili­bre par­fait. À not­er que le titre “Viande” se démar­que beau­coup. Cette fois, pas de chant en anglais mais une voix qui racon­te d’hor­ri­bles meurtres sur un arrière plan de rock pro­gres­sif. Quand on y pense, c’est quand même le comble que Pri­mates  sorte sur le label Howl­in’ Banana.

Cubenx — Devonian [Ideal Europa]

Il y a deux semaines, Cubenx et BoogzBrown présen­taient Antipode, un EP com­mun, sur le label InFiné. Le pro­duc­teur mex­i­cain revient cette fois-ci avec Devon­ian, un maxi de trois pistes qui paraît sur le label Ide­al Europa. Des nappes syn­thé­tiques planantes de “Bliss” aux sonorités indus­trielles abyssales de “Obsid­i­an” en pas­sant par le robo­t­ique “Her­cy­nia”, il nous en fait voir de toutes les couleurs.

Décou­vrez ici le pro­jet com­mun de Cubenx et BoogzBrown.

(Vis­ité 733 fois)