Extrait de la pochette "Brother vs Brother" par dDamage

Ça sort aujourd’hui : vendredi 8 novembre

C’est ven­dre­di, c’est jour de sor­tie ! Vu qu’il est par­fois dif­fi­cile de s’y retrou­ver avec tous les dis­ques qui sor­tent chaque semaine, Tsu­gi a décidé de vous faciliter la tâche en vous faisant une petite sélec­tion de galettes – LPs et EPs con­fon­dus – qui vien­nent de paraître et qui nous font vrai­ment envie : voici donc de quoi accom­pa­g­n­er votre week-end avec l’al­bum intense de dDam­age, la tech­no psy­ché de Lone, la nuée de grands noms aux côtés de Tom­my Four Sev­en, l’elec­tron­i­ca sci-fi d’Ork¿d, la tech­no indus­trielle de Giant Swan et le patch­work de styles musi­caux des Lil­lois de Be4t Slicer.

dDamage — Brother vs Brother [Bruit Blanc]

Il y a un an, on appre­nait bru­tale­ment la fin du groupe français dDam­age suite à la mort pré­maturée de Frédéric Hanak , un des frères du duo. Ils venaient d’achev­er leur dernier album Broth­er vs Broth­er qui sort donc aujour­d’hui sur le label Bruit Blanc. Si un mot pou­vait résumer ce nou­veau disque, ce serait sans doute “effi­cace”. Dans un mélange entre EBM, indus, élec­tro dance­floor et vocaux punks, cha­cun des onze morceaux de l’al­bum est tran­chant et incisif. On pour­ra not­er quand même des moments plus doux avec des titres comme “Chi­nese Evo­lu­tion” ou encore “Hana­ki”. Le petit kiff en plus : la pochette de l’al­bum com­plète­ment bar­rée avec Trump et Kim Jong-un en bêtes géantes qui dévas­tent absol­u­ment tout, réal­isée par l’il­lus­tra­teur belge Elzo Durt. Rien que pour ça, l’al­bum vaut déjà le coup.

dDam­age organ­is­era sa release par­ty le 6 décem­bre à La Sta­tion — Gare des Mines; pour toute info sup­plé­men­taire et bil­let­terie c’est sur la page de l’évène­ment que ça se passe. 

Lone — Not Seeing Is A Flower [Ancient Astronauts]

Plus c’est court, plus c’est bon ? Lone, pro­duc­teur orig­i­naire de Not­thing­ham est de retour avec un deux­ième EP cette année inti­t­ulé Not See­ing Is A Flower. Sor­ti sur le label Ancient Astro­nauts, le maxi de 3 morceaux est la per­le tech­no de votre week-end. L’am­biance est plan­tée dès le pre­mier track avec ses incan­ta­tions et sa tech­no trib­ale qui ne pour­ra laiss­er insen­si­bles les plus scep­tiques à la danse. Avec ses nuances un peu psy­chédéliques et acid, cet EP exac­erbe nos sens et donne envie d’aller se déhanch­er sur le dance­floor le plus proche. Même si “Boket­to” dénote un peu par son ambiance trip-hop, mais tou­jours empreinte de sonorités médi­ta­tives. C’est le (trop court) must-listen de la semaine.

Tommy Four Seven -Veer Remixed [47]

Des rythmes irréguliers, des sonorités dis­so­nantes et une bro­chette de guests, voici venir le nou­v­el album du pro­duc­teur Tom­my Four Sev­en. Comme les plus atten­tifs l’au­ront remar­qué, ce Veer Remixed est un disque de remix­es de son LP Veer sor­ti en avril dernier. Et pour cette ver­sion remixée, Tom­my Four Sev­en s’est entouré de grands noms comme Machine Woman, Parish Smith, Ansome, Pes­simist ou encore Silent Ser­vant. On alterne donc entre tracks post-punk vaporeux et drum&bass puis­sante. Elle est où la ware­house la plus proche ?

Ork¿d - Head Full of Roses [Circus Records]

Ork¿d, pronon­cé Orkid, est un pro­duc­teur français qui pro­pose aujour­d’hui un EP inti­t­ulé Head Full of Ros­es. Il fait de la musique élec­tron­ique et nav­igue dans un univers entre musique froide et elec­tron­i­ca qui rap­pelle par­fois les vieux films de science-fiction. Cha­cun des cinq tracks du maxi rem­plit l’e­space par sa présence. Une réso­nance impor­tante obtenue grâce aux effets vocaux réver­bés et aux syn­thé­tiseurs ultra-présents tout au long de l’EP. Et il faut dire qu’on s’a­ban­donne volon­tiers à cette ambiance médi­ta­tive et assez onirique. Un beau petit moment de pause, par­fait pour patien­ter jusqu’à la fin de la journée et ce nou­veau week-end de trois jours ample­ment mérité.

Giant Swan — Giant Swan [ Keck Records]

Orig­i­naires de Bris­tol, Robin Stew­art et Har­ry Wright sont amis dans la vie et fusion­nent der­rière les platines pour ne faire plus qu’un : Giant Swan. Un cygne géant dopé à la noise hyp­no­tique et aux kicks bien puis­sants. Les deux com­pères sont de retour avec leur pre­mier album sobre­ment inti­t­ulé Giant Swan. Sor­ti sur le label Keck, ce disque pro­pose à l’é­coute dix titres à l’am­biance deep et indus­trielles. Cer­tains morceaux ont car­ré­ment un côté mys­tique avec des incan­ta­tions, des effets de reverb intens­es et des sonorités étranges comme dans “I have a proof”. Un album hal­lu­ci­na­toire, un poil oppres­sant, mais débor­dant d’én­ergie, qui plaira aux ama­teurs du genre.

Be4t Slicer — A.M. [Ba Zique/Bendo Music]

Be4t Slicer est un groupe de qua­tre Lil­lois que l’on pour­rait con­sid­ér­er comme des chirurgiens du son. Ils découpent, dis­tor­dent, assem­blent des sonorités dif­férentes pour en tir­er seule­ment le meilleur. Après deux EP’s, respec­tive­ment inti­t­ulés 5th Ele­ment et The Hood, les qua­tres mous­que­taires débar­quent aujour­d’hui avec leur pre­mier album A.M. (After Mid­night). Un LP de quinze titres mêlant dif­férents styles musi­caux comme le jazz, le hip-hop ou encore l’élec­tro. On enchaîne les tracks heure (imag­i­naire) par heure pour arriv­er jusqu’au matin. Un véri­ta­ble patch­work musi­cal qui vaut l’é­coute, surtout pour le morceau “03h85”, sorte d’ovni pop tout doux avec une voix anglaise légère et sen­si­ble.

Be4t Slicer organ­is­era sa release par­ty le 21 novem­bre à Paris à l’Al­i­men­ta­tion Générale, pour toute info en plus rendez-vous sur la page de l’évène­ment.

(Vis­ité 882 fois)