Skip to main content
9 juin 2023

Carla Schmitt, Nia Archives, PJ Harvey, Kalika… Les clips de la semaine

par Marion Sammarcelli

Comme tous les vendredis, on se retrouve pour notre -fameuse- sélection des clips de la semaine. Au programme, la chorégraphie nerveuse de Carla Schmitt, une balade à Brooklyn avec Nia Archives, l’univers vampirique de Dani Terreur et Kalika, les questions existentielles de PJ Harvey, l’absurdité de Superparka, la douce voix de Charlotte Cardin et les confession de NAST. Bonnes écoutes et surtout, bon visionnage. ! 

 

Carla Schmitt – « Red Ambition »

Récemment, Carla Schmitt dévoilait son single « Red Ambition » sur la quatrième compilation d’EXHALE le label d’Amélie Lens. Pour donner encore un peu plus vie au projet, elle décide de réaliser un clip avec Orthodox. Danseuse et chorégraphe en plus d’être DJ et productrice, Carla Schmitt souhaite changer les choses dans l’industrie de la techno. Pour elle, cette musique ne rime pas seulement avec club et fête, elle peut être une grande source d’inspiration artistique. Selon elle, « un beau moyen de s’exprimer et de transmettre des émotions ». C’est ce qu’elle fait en écrivant cette vidéo. Sur une techno indus’ et mélancolique, sept jeunes artistes -un peintre et six danseurs- s’immergent dans leur créativité à travers une chorégraphie nerveuse au cœur d’une maison mystérieuse. « Red Ambition » dépeint le débordement d’inspiration qu’un artiste peut avoir. Mais que se passe-t-il quand on lui impose des restrictions ? Aura-t-il la même estime de lui ? La même créativité ? « L’inspiration peut-elle survivre au chaos ? » C’est ce que Carla Schmitt cherche à explorer. En tout cas, il y a de la beauté dans ce chaos.

 

Nia Archives – « Off Wiv Ya Headz »

Nia Archives a eu LA bonne idée : remixer un classique des années 2000, forcément ça fonctionne. Veuillez accueillir à bras ouverts une version jungle vitaminée à souhait du remix « Heads Will Roll » des Yeah Yeah Yeahs par A-Trak transformée en « Off Wiv Ya Headz ». On a ouï dire que quand elle l’a passé à We Love Green au La La Land, des festivaliers se sont rués vers la scène dès les premières notes. Un succès. Côté clip, c’est esthétique années 1990 en mode camera embarquée et image d’archives (*emoji clin d’œil*) pixelisée. On se retrouve en immersion à New York en train de danser comme des foldingues à Brooklyn avec Nia Archives. Et c’est plutôt chouette.

 

Dani Terreur – « Le temps d’avant » feat. Kalika

Dani Terreur et Kalika errent dans la ville, en vampires. Canines aiguisées, peau pâle, joues creusées et vêtements couleur chauve-souris, les deux artistes chantent leur nostalgie au dessus d’une auto-route ou à côté d’un feu tricolore. Évidemment, les passants les regardent avec curiosité tandis que sur des airs de guitare, les deux artistes mêlent poésie et mélancolie, dans un titre-hommage à l’enfance et aux rêves perdus. Pour réaliser ce clip, Antoine Wibaux les a suivis avec une caméra embarquée sans laisser transparaître qu’il s’agissait d’un tournage.

 

PJ Harvey – « I Inside the Old I Dying »

« I Inside the Old I Dying » est issu du futur album -du même nom- de PJ Harvey. Sur une musique délicate, sans artifice, modestement composée d’une mélodie de guitare et d’une batterie répétitive, PJ Harvey chante le cheminement de la vie. D’enfant à adulte, de la vie à la mort, jusqu’à ce qui se passe après : l’éternité et ses mystères. Pour l’illustrer, Cristóbal León et Joaquín Cociñaretrace ont réalisé un clip animé reflétant l’amour, la résurrection et la mort. On y voit un personnage évoluer sur un paysage qui passe comme le temps qui défile.

 

Superparka – « az »

Est-ce qu’on peut qualifier le nouveau clip de Superparka comme ‘complètement perché’ ? On vous laissera vous faire votre avis. Au programme : balade dans le désert, temporalité imprécise, créature étrange digne des premiers Star Wars et chèvre volante qui se transforme en CD. Il faut le voir pour le croire ! Côté musique, c’est d’une douceur exquise. Une instru’ aux influences lo-fi, garage house, rnb et voix murmurée expliquant l’aspect absurde de l’univers. Finalement, « az » s’accorde à merveille avec son clip.

 

Charlotte Cardin – « 99 Nights »

Un titre pour les cœurs brisés ? C’est sûrement ce que « 99 Nights » est. Pourtant, Charlotte Cardin dit elle-même que cette chanson l’a reconnectée à ses inspirations. Elle a su la ramener à la raison : ce qui compte, ce qui est le plus important pour elle, c’est la musique. Et c’est à l’image du clip minimaliste qui l’accompagne. Tout le long de la vidéo, Charlotte Cardin est allongée sur un lit, fixant la caméra et clignant parfois des yeux : elle remet ses chansons au centre de toutes les attentions.

 

NAST – « Je colle à tous les visages »

NAST est assise sur une chaise à bascule au centre d’une pièce décorée avec douceur. Fleurs, bulles de savon, tissus drapés… Tout semble empreint de légèreté. « Je colle à tous les visages » est une confidence poétique et introspective. NAST nous parle de ses pensées les plus profondes au son de mélodies pop et folk… Une ambiance intimiste et apaisante.

Visited 394 times, 1 visit(s) today