Skip to main content
©Kasia Zacharko
3 septembre 2021

🔊 Ce nouveau DJ Seinfeld prouve qu’il n’est plus lĂ  pour rigoler

par Nicolas Bresson

Mirrors, le deuxième album du SuĂ©dois DJ Seinfeld sort aujourd’hui, lumineux, passionnant et rĂ©flĂ©chi.

Chronique issue du Tsugi 143 : Garnier / Limiñanas, disponible le 8 septembre en kiosque et en ligne.

En adoptant comme nom de scène le titre d’une sitcom humoristique des années 1990, Armand Jakobsson n’est pas du genre à se prendre trop au sérieux. La musique qu’il délivre avec une qualité constante depuis 2016 a toutefois été accueillie avec toutes les attentions. Chantre d’une house/deep house dite « lo-fi » de par des sonorités aussi brutes que chaleureuses et des constructions intuitives, on l’avait adoré il y a quatre ans avec Time Spent Away From U. Un album mélancolique porté par des inspirations nées d’une rupture sentimentale.

Aujourd’hui, le Suédois va mieux, comme il l’annonce clairement dès « She Loves Me », titre aux rythmiques UK Garage qui ouvre le présent Mirrors. Un disque publié chez la vénérable maison Ninja Tune comme un gage supplémentaire de respectabilité – s’il en était encore besoin. Si sa production est plus claire et organique que par le passé et s’écarte volontairement de l’aspect bricolage, l’artiste installé à Barcelone défend plus que jamais une house chargée en émotion et laissant toute sa place aux vocaux. « U Already Know » nous entraîne dans une italo-disco nostalgique quand « These Things Will Come To Be » ose l’apport d’arpèges synthétiques trancey. « I Feel Better », clame DJ Seinfeld sur l’une des dernières pistes. Si sa musique est effectivement aujourd’hui plus lumineuse, elle demeure tout aussi passionnante et réfléchie.

❏

Plus de chroniques dans Tsugi Magazine, en kiosque et Ă  la commande en ligne

Visited 50 times, 1 visit(s) today