Lors de l'évènement Watercamp en juillet 2019 au canal Saint-Denis

Cette semaine, le club La Station se transforme en péniche

Jusqu’à dimanche, la Sta­tion Flot­tante jette l’ancre à Aubervil­liers puis Pan­tin. À bord de la péniche Urban Boat, le pro­jet cul­turel du club parisien La Sta­tion pro­pose ate­liers, expo­si­tions, tables ron­des, con­certs et DJ sets en accès libre.

La Sta­tion Flot­tante, c’est une minia­ture éphémère et itinérante de La Sta­tion — Gare des Mines, lieu pluri­cul­turel qui a su s’imposer par­mi les clubs alter­nat­ifs incon­tourn­ables dans la cap­i­tale depuis sa créa­tion en 2016 à Aubervil­liers.

Pen­dant cinq jours, La Sta­tion Flot­tante sera bien plus qu’un lieu fes­tif et une péniche où danser : l’idée der­rière le pro­jet est d’« abor­der des ques­tions d’écologie, d’autonomie énergé­tique et d’économie cir­cu­laire ; et réfléchir de manière col­lec­tive à ce qu’on peut faire ensem­ble afin de mieux répon­dre aux prob­lé­ma­tiques actuelles », nous explique Thomas Carteron, mem­bre du col­lec­tif Mu (qui gère La Sta­tion).

Dans la cale de la péniche, des courts-métrages et films d’arts réal­isés par dif­férents artistes dont Ouaz­zani Car­ri­er, un duo d’artistes vidéastes, sont exposés. Tous s’articulent autour d’un même thème – le rap­port entre écolo­gie et art : « C’est une réflex­ion qui inter­roge com­ment l’art se posi­tionne par rap­port aux ques­tions d’écologie, et com­ment les artistes peu­vent chang­er leurs pra­tiques et s’approprier ces ques­tions pour leur don­ner une vis­i­bil­ité. »

Côté musique, une ving­taine d’artistes émer­gents se pro­duiront depuis la péniche, devant une foule qui, elle, dansera sur les quais – sans masque oblig­a­toire ni pro­to­cole par­ti­c­uli­er, sim­ple­ment celui du bon sens. Rési­dents ou habitués de La Sta­tion — Gare des Mines et de la webra­dio Sta­tion Sta­tion, les artistes con­viés for­ment un line-up qui priv­ilégie l’électro « plutôt posé », mais laisse place à l’expérimental avec, par exem­ple, le live de l’artiste Ter­rine qui aura lieu same­di soir. Ven­dre­di, c’est le col­lec­tif parisien Hydropathes, habitué des release par­ties de La Sta­tion — Gare des Mines, qui aura « carte blanche » pour nous faire danser, dix­it Thomas Carteron. Pour s’hydrater, on pour­ra compter sur la buvette.

Née suite au Water­camp Work­shop organ­isé l’été dernier – un évène­ment dans la même veine, pen­sé comme une exten­sion du lieu cul­turel Urban Spree à Berlin – la Sta­tion Flot­tante entame sa pre­mière édi­tion mais compte renou­vel­er l’expérience : « C’est le type de pro­jet qui nous tient à cœur chez le col­lec­tif Mu. On avait com­mencé en 2014 avec le pro­jet « Bande Orig­i­nale » qui remon­tait le Canal de l’Ourcq. On espère recom­mencer et con­tin­uer à dévelop­per d’autres pro­jets flu­vi­aux. »

D’i­ci là, rendez-vous chaque jour de la semaine sur la péniche Urban Boat quai François Mit­terand à Aubervil­liers, puis (à par­tir de same­di) place de la Pointe à Pan­tin – entrée libre.

Tout le pro­gramme
Event Face­book

Pour les Normand·e·s, l’évène­ment se pour­suit et vient à vous du 21 au 28 juil­let, à Ver­non.

(Vis­ité 886 fois)