Skip to main content
23 août 2012

Chronique : Kill The DJ – On Prend Les Mêmes Et On Recommence

par rédaction Tsugi

Les années 2000 ont réussi à transformer le hip-hop en un truc aussi chiant qu’un fan de mangas et à rendre le rock à peu près aussi excitant qu’une soirée au Showcase. Grand paradoxe de cette fin de décennie : le danger, le risque et la confrontation sont devenus des trucs de vieux, la nostalgie et l’ironie, l’apanage des plus jeunes. Pas de quoi s’étonner donc, qu’à force de nous voir nous comporter comme des veaux, le punk-rock soit parti chez Ben Laden et Jérôme Kerviel. Enfin, il a eu un peu pitié le punk-rock. Il a quand même allongé un rabe de tripes à Fany Corral, Chloé et Ivan Smagghe, qui drivent depuis cinq ans un des derniers labels réellement novateurs et radicaux encore en activité : Kill The DJ, qui publie aujourd’hui une rétrospective (émaillée de quelques inédits, dont un nouveau titre de Battant).

L’occasion de constater à nouveau la cohérence, la diversité, la radicalité et la pertinence des choix du label, plus évidentes que jamais dans ce condensé d’à peine plus d’une heure, des hoquets druggy du “Rock Hard In A Funky Place” de Krikor remixé par George Issakidis à la tension hallucinée de Chloé ou La Horse (Ivan Smagghe & Danton Eeprom) ou aux lentes processions toutes en terreur pastorale de Jason Edwards (présent ici avec un inédit exceptionnel). Punk’s not dead. (Lelo J. Batista)

On Prend Les Mêmes Et On Recommence (Kill The DJ/Modulor)

Visited 20 times, 1 visit(s) today

Leave a Reply