Skip to main content
Crédit : Axel Morin
29 juin 2017

Coup de pouce : Eddy de Pretto

par Clémence Meunier

Parfois, on tombe dans nos mails ou totalement par hasard sur un morceau, un artiste ou un clip qui nous colle à notre chaise. Alors on en parle, tout simplement. Ce sont les “coups de pouce” de la rédac’.

Attention, énorme coup de coeur en français. « C’est la fête de trop, regarde je luis de paillettes et me réduis au chaos » : depuis les toilettes d’un club, les joues rougies de danse et d’alcool, Eddy de Pretto se prête à une sombre introspection à laquelle pas mal de teuffeurs pourraient s’identifier. Avec son visage singulier, comme tiré d’un Modigliani, sa diction précise aux airs de Stromae et son texte sincère, il rejoint par la grande porte une nouvelle scène française de chansons réalistes et générationnelles, sur laquelle on peut croiser le jeune mais très prometteur Tim Dup, entre autres. Et on n’est pas les seuls à le penser : Eddy de Pretto, déjà remarqué aux Bars en Trans l’année dernière, a remporté le prix des Inouïs du Printemps de Bourges il y a quelques semaines. L’assurance d’entendre à nouveau parler de ce singulier blondinet dans les mois à venir ! Mais ne cherchez pas d’autres morceaux de lui sur la toile : si certains avaient déjà remarqué ses titres « Normal » ou « Beaulieue », impossible de les retrouver aujourd’hui… Pour mieux les voir revenir, retravaillés, dans quelques mois !

Une belle découverte à voir en concert : Eddy de Pretto sera le 8 juillet prochain à Fnac Live, ce festival gratuit (youpi !) sur le parvis de l’Hôtel de Ville à Paris.

Visited 28 times, 1 visit(s) today