Coup de pouce : Kyan

Par­fois, on tombe dans nos mails ou totale­ment par hasard sur un morceau, un artiste ou un clip qui nous colle à notre chaise. Alors on en par­le, tout sim­ple­ment, comme ici avec le bril­lant Kyan, sur le point de révéler son pre­mier album au grand jour. Ce sont les “coups de pouce” de la rédac’.

Kyan, Kyan, Kyan… ça ne vous dit rien ? Pour­tant, vous avez sûre­ment déjà vu son nom quelque part sans vous en ren­dre compte. Et non, on ne par­le pas du mec de Bref. Kyan, lui, a posé sa voix sur le pop­u­laire “You’re On” de Madeon, effec­tué les pre­mières par­ties de Lon­don Gram­mar et col­laboré avec Duke Dumont. Tout ça, en sor­tant trois EPs à la croisée de la pop, de l’élec­tro et de la soul, rap­pelant les prémices de Her, avec des mots justes et touchants — on pense notam­ment au mag­nifique piano-voix “Some­times”.

Or, le chanteur anglais s’est fait dis­cret depuis. Entre décep­tion amoureuse et rejet d’un label majeur, il con­naît une péri­ode très dif­fi­cile. Ce sont les débuts de deux ans de dépres­sion : “Tout ce que j’é­tais et ce que j’avais m’é­tait soudaine­ment retiré. La ques­tion est dev­enue : putain, qui suis-je ? C’est comme si j’avais été jeté au milieu d’un désert post-apocalyptique, à devoir devin­er com­ment sur­vivre, me dévelop­per et trou­ver à nou­veau un sens à la vie.”

Toute cette souf­france, Kyan l’a enfouie dans son album du même nom. “Noth­ing Beyond” en est le point de départ : il arrive à l’écrire, à la sor­tir, à la chanter et à l’im­ager. Un camping-car, un désert et des cac­tus, le tout tourné au Super 8 : le clip rap­pelle énor­mé­ment les vieux films post-apocalyptiques à la Mad Max. Ici, comme dans les scènes de course-poursuite de la saga, tout mar­que. Les paysages, la voix pleine d’é­mo­tions, l’in­stru­men­tale de plus en plus intense mais surtout les paroles évo­ca­tri­ces : “Noth­ing beyond, just emp­ty space, for­ev­er and over again” (“Rien au-delà, unique­ment du vide, encore et encore”). Un véri­ta­ble cri du coeur, plus soul que pop-électro mais tou­jours aus­si percutant.

De l’autre côté, le sal­va­teur deux­ième sin­gle “Like Sum­mer” apporte une énorme touche d’op­ti­misme, con­trastante mais qui fait plaisir. Avec ce dernier titre qu’il a écrit pour l’al­bum, Kyan scan­de “Now I’m awake every­thing feels like sum­mer” (“Main­tenant, je suis éveil­lé, tout a un air d’été”). Comme on peut le voir dans l’en­soleil­lée Col­ors Ses­sion qu’il a enreg­istrée, en toute sim­plic­ité mais pleine d’émotion :

UPDATE 14/12/18 : Kyan con­tin­ue de nous faire tomber amoureux, cette fois avec le nou­veau clip de “Lone­ly River”.

(Vis­ité 992 fois)