Possession / ©Mariana Matamoros

Danser demain : une grande discussion en ligne pour réfléchir au futur de la fête

Ce same­di 9 mai de 16h à 20h aura lieu, en direct sur Face­book, une série de tables ron­des virtuelles nom­mée Danser Demain. L’ob­jec­tif : réfléchir à l’avenir de la fête.

La tenue des con­certs et fes­ti­vals étant forte­ment per­tur­bée par la pandémie et les mesures san­i­taires, les dif­férents acteurs de la cul­ture réfléchissent aux alter­na­tives pos­si­bles pour assur­er la tenue de spec­ta­cles sans met­tre en dan­ger ses par­tic­i­pants. Si en Alle­magne, une solu­tion sur le mod­èle des “drive-in” a éclos, en France les dis­cus­sions se pour­suiv­ent. C’est dans ce con­texte que l’as­so­ci­a­tion Technopol va lancer des tables ron­des virtuelles nom­mées Danser Demain.

Ce “cycle de réflex­ions, con­férences, échanges et débats” a pour but de men­er une réflex­ion sur l’avenir de la fête afin de faire émerg­er des solu­tions per­me­t­tant de “trans­former notre écosys­tème et mieux le pré­par­er à un avenir incer­tain”. Y seront invités l’ensem­ble des acteurs du milieu cul­turel, qu’ils soient musi­ciens, organ­isa­teurs ou penseurs. On y ver­ra par exem­ple les musi­ciens Dave Clarke, Maud Gef­fray, AZF ou Paul Hart­noll (moitié d’Or­bital), l’ur­ban­iste Jean-Christophe Choblet, l’ar­chi­tecte Paul Marchesseau, les fes­ti­vals Chateau Per­ché et Le Bon Air, ou encore l’ex-ministre de la cul­ture Jack Lang. Les ques­tions porteront sur le lien entre fête et urban­isme, l’imag­i­naire de la fête, sa dura­bil­ité écologique et sa capac­ité à pou­voir être un véri­ta­ble safe space. L’événe­ment aura lieu ce same­di 9 mai de 16h à 20h en direct sur Face­book, mais Technopol annonce déjà qu’il est le “pre­mier événe­ment d’une longue série”.

Event Face­book

(Vis­ité 1 382 fois)