Dehors Brut / ©Max Pillet

Dehors Brut expérimente l’intervention d’une unité d’analyse de produits stupéfiants

Dimanche dernier, Dehors Brut instal­lait près du dance­floor une unité mobile d’analyse de pro­duits stupé­fi­ants. Le sys­tème a été mis en place par B4 Charonne, asso­ci­a­tion qui lutte depuis 1972 pour la préven­tion vis-à-vis des drogues, alcools et autres addic­tions sans sub­stances. Son objec­tif ? La mise en garde des risques liés à l’usage de stupé­fi­ants. Ici, c’est donc le pôle préven­tion qui est inter­venu dans le club parisien pour per­me­t­tre aux con­som­ma­teurs d’analyser leurs pro­duits. Ceux qui ont répon­du présent à l’événe­ment (comme les absents) salu­ent l’initiative.

Dans le com­mu­niqué relayé suite à l’an­nonce de fer­me­ture admin­is­tra­tive, Dehors Brut expli­quait déjà vouloir met­tre en place des moyens moins répres­sifs et plus préven­tifs quant à la con­som­ma­tion de drogues. “De façon générale, ces fer­me­tures n’ont et ne régleront jamais le fond du prob­lème. Il est donc urgent de déploy­er une approche dif­férente pour que la respon­s­abil­ité ne repose plus sur les seules épaules des entre­pre­neurs de lieux cul­turels que nous sommes et trop sou­vent dému­nis face à un prob­lème de san­té nationale”, expli­quaient les organ­isa­teurs le 6 sep­tem­bre dans un post Face­book. Un pre­mier pas vers la réduc­tion des risques.

 

(Vis­ité 814 fois)