Des clubs de Berlin recevront jusqu’à 100.000 euros de la part du gouvernement

La vie noc­turne de Berlin, si elle est réputée partout dans le monde, fait for­cé­ment du bruit… Au grand dam de ses habi­tants. C’est pourquoi la munic­i­pal­ité de la cap­i­tale alle­mande a décidé de déblo­quer un mil­lion d’eu­ros pour ten­ter de réduire les con­flits récur­rents entre boîtes de nuit et zones rési­den­tielles, comme le rap­porte Der Tagesspiegel. Ce nou­veau pro­gramme de pro­tec­tion con­tre le bruit, ini­tia­tive d’in­sonori­sa­tion pro­posée l’an­née dernière, entre déjà en vigueur aujour­d’hui.

A Berlin, on con­sid­ère la cul­ture club comme un énorme avan­tage touris­tique et économique. Alors, plutôt que des poli­tiques répres­sives pour les acteurs de la nuit, plutôt que de les faire fer­mer ou de les déplac­er, nos amis d’Outre-Rhin pensent à des solu­tions pour réc­on­cili­er pro­prié­taires de clubs et riverains. Les clubs et les salles de con­cert qui ne peu­vent pas se pay­er leur pro­pre insonori­sa­tion pour­ront désor­mais deman­der une aide financée par l’É­tat, via la Berlin Club Com­mis­sion. Pour les sites et lieux de fête qui fonc­tion­nent depuis déjà ‑au moins- deux ans, la procé­dure de can­di­da­ture se déroule seule­ment en deux étapes : il suf­fit de rem­plir les doc­u­ments en ligne et d’at­ten­dre la déci­sion d’un jury d’ex­perts indépen­dants, qui se réu­ni­ra en févri­er pour choisir les béné­fi­ci­aires de l’of­fre.

Cette sub­ven­tion publique, inspirée d’un pro­gramme déjà exis­tant à Ham­bourg, pour­ra fournir jusqu’à 50.000 euros à chaque club. Seuls les pro­jets “d’importance extra­or­di­naire” ‑tou­jours à l’ap­pré­ci­a­tion du jury- pour­ront pré­ten­dre à recevoir jusqu’à 100.000 euros. Evidem­ment, si la boîte de nuit ne parvient pas à rester ouverte pen­dant deux ans, son patron devra restituer l’in­té­gral­ité de la somme avancée… Cer­taine­ment pour éviter toute ten­ta­tive mal­hon­nête.

(Vis­ité 599 fois)