©Bruno Delamain

Des open airs électroniques vont être organisés dans toute la France, tout l’été

Cet été, l’as­so­ci­a­tion élec­tron­ique Technopol, La Vil­lette et le min­istère de la Cul­ture vont organ­is­er une dizaine d’open airs élec­tron­iques dans toute la France.

C’est l’une des ini­tia­tives cul­turelles les plus exci­tantes depuis le début de la crise san­i­taire : des lieux éphémères extérieurs et totale­ment gra­tu­its vont se mon­ter cet été partout sur le ter­ri­toire français, à com­mencer par le parc de La Vil­lette à Paris. Ces “ZUT” (Zones d’Ur­gence Tem­po­raire Artis­tique) seront organ­isées par l’as­so­ci­a­tion qui défend les musiques élec­tron­iques Technopol, en duo avec l’équipe qui gère le parc de La Vil­lette. Et qui dit Technopol dit for­cé­ment pro­gram­ma­tion élec­tron­ique, et ça, ça nous plaît bien : “Avec ce pro­jet, on veut met­tre en avant toute la diver­sité de la scène élec­tron­ique française”, nous con­fie au télé­phone Max Le Dis­ez de l’as­so­ci­a­tion. “Comme le street art, on veut con­fron­ter les gens à cette musique qu’ils ne con­nais­sent peut-être pas et faire décou­vrir la richesse de la scène française, mon­tr­er qu’elle fait par­tie de la cul­ture nationale.”

On veut met­tre en avant toute la diver­sité de la scène élec­tron­ique française.”

Ces lieux éphémères vont donc accueil­lir du 18 juin au 26 sep­tem­bre une mul­ti­tude de con­certs et de créa­tions artis­tiques, et ce dans toutes les dis­ci­plines comme les arts plas­tiques et numériques, le graff, la danse hip-hop, la scéno­gra­phie… Tout en extérieur et “imag­inés comme un sas de décom­pres­sion capa­ble de s’adapter aux con­traintes san­i­taires du moment”, lit-on dans le com­mu­niqué de presse. Un bon point pour Rose­lyne Bach­e­lot et ses équipes qui finan­cent ce pro­jet : “On attend encore la val­i­da­tion du bud­get par le min­istère de la Cul­ture, donc pour le moment la pro­gram­ma­tion n’est pas encore établie”, mais Max nous con­firme néan­moins que les artistes adapteront leur set au for­mat spé­ci­fique des ZUT, c’est-à-dire avec un pub­lic assis, en extérieur, sou­vent dans des parcs ou jardins. Ain­si, si l’artiste tech­no François X est pro­gram­mé, son set y sera appro­prié : “Ça va créer des acci­dents, par­fois ça rat­era, par­fois ce sera génial, mais ce sera une propo­si­tion artis­tique inédite.”

Et le com­mu­niqué de ter­min­er : “Chaque ZUT s’engage, à tra­vers une charte, à respecter les con­traintes san­i­taires en vigueur, à rémunér­er les artistes invités, à garan­tir la par­ité, la mix­ité et l’équité salar­i­ale de leurs pro­gram­ma­tions et au sein des équipes organ­isatri­ces.” Le sourire revient.

(Vis­ité 6 993 fois)