Skip to main content
© Tom Øverlie
11 décembre 2023

Diplo une nouvelle fois accusé de revenge porn

par Léa Formentel

L’histoire dure depuis 2020. Le DJ et producteur Diplo est dans une bataille juridique avec Shelly Auguste, qui l’accuse d’avoir partagé du revenge porn sans sa permission, une seconde fois, rapporte Pitchfork. En novembre, la police de Los Angeles a soumis le nouveau dossier d’Auguste au bureau du procureur de la ville de Los Angeles, qui est en cours d’examen.

Décidément, Thomas Wesley Pentz n’a pas fini d’étonner (et pas dans le bon sens du terme). Une nouvelle fois accusé, par la même personne, Diplo est poursuivi pour la liste suivante : agression sexuelle, violence sexiste, intrusion intentionnelle dans les affaires privées, coups et blessures, agression, diffamation, infliction intentionnelle de détresse émotionnelle et fraude. Pas de quoi redorer son blason, donc. La femme impliquée, Shelly Auguste, est une californienne ayant déjà un passif avec Diplo. Un rapport a été enregistré auprès du département de police de Los Angeles en août dernier par une femme accusant le DJ d’avoir partagé des photos d’elle nue à une autre personne pour se venger, selon le magazine Pitchfork.

On le rappelle, le DJ et producteur avait publiquement (entre autres dans le post Instagram ci-dessous) nié ses allégations en octobre 2021, après avoir déposé sa plainte initiale en juin de la même année :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par diplo (@diplo)

 

 

On peut lire entre autres dans le post :« Elle était une de mes fans obsédées. Et après avoir abandonné tout contact avec elle, il semble que son seul but dans la vie a été de perturber mon travail, mon entreprise, moi et mes amis proches, et d’attaquer et menacer ma famille. »

Malgré un accord  de double injonction, signé en janvier 2021, pour ne pas se dénigrer, de son côté, Diplo a également poursuivi en justice Shelly Auguste pour les faits suivants en 2021 : harcèlement, violation de domicile et distribution de documents privés. Tandis qu’elle, alléguait entre autres des agressions sexuelles, des violences de genre. Le procès civil qui oppose les deux parties est actuellement prévu pour avril 2024.

On rappelle cependant qu’une autre femme avait elle aussi intenté, en juillet 2021, une procédure judiciaire qui atteste que lors d’une afterparty, il l’avait invitée en lui disant qu’elle ne pourrait repartir qu’en lui accordant des faveurs sexuelles. Elle retirera sa plainte après une semaine.

 

À lire aussi : Accusé de viol et visé par une enquête, Lomepal répond dans un long message
Visited 695 times, 1 visit(s) today