Du son sous le sapin : nos idées cadeaux hi-tech 2022

En retard sur vos cadeaux? Vous ne savez pas quoi vous faire offrir ? Pas de panique, notre sélec­tion toute per­son­nelle des meilleurs pro­duits de l’année est là pour vous aider. Il y en a pour tous les goûts et tous les prix.

 

  • Marshall, Willen, Emberton II et Woburn III

En 2022, Mar­shall a fait les choses en triple. Et quand la petite enceinte Willen fait ses pre­miers pas, l’Ember­ton II est en embus­cade. Mod­èle emblé­ma­tique de la mar­que, cette deux­ième itéra­tion annonce une puis­sance en hausse (avec 2 haut-parleurs pour un ren­du stéréo et deux amplifi­ca­teurs 10 W) et une autonomie dou­blée, de 15 à 30 h. Mal­gré cette petite taille, cette enceinte cer­ti­fiée IP67, ven­due 169 euros, béné­fi­cie d’un ren­du agréable et d’une puis­sance non nég­lige­able, ample­ment suff­isante pour rem­plir une pièce. Encore plus petite (elle tiendrait presque dans la main), la Willen, disponible pour 99 euros, a peut-être moins d’atouts, de puis­sance, d’autonomie (15 h) et de qual­ités sonores que sa grande sœur. Mais elle a un avan­tage énorme, sa taille minus­cule, qui en fait l’enceinte d’appoint par excel­lence. Le ren­du sonore est plus que sat­is­faisant, bien relevé en bass­es, pro­pre et sans bavures. Nomade et effi­cace. Quant à la Woburn III, arrivée un mois plus tard, c’est une autre his­toire. Enceinte dite rési­den­tielle de la gamme Home­line (avec l’Acton III et Stan­more III), à l’opposé des deux précé­dentes, nomades, impos­si­ble de déplac­er cette belle bête de 7,45 kg. Pour le poids, il y a de belles specs : con­nex­ion Blue­tooth 5.2, une app per­me­t­tant en par­ti­c­uli­er une égal­i­sa­tion sonore, une entrée RCA, une entrée HDMI, une entrée jack 3,5 mm, une archi­tec­ture sonore retra­vail­lée et une nou­veauté très pra­tique, un traite­ment de cor­rec­tion sonore qui per­met de mod­i­fi­er l’effet de réflec­tion des murs. Il suf­fit d’indiquer dans l’app si l’enceinte est placée près d’un mur ou d’un rebord pour qu’elle cor­rige d’elle-même. À 569 €, ce petit mon­stre d’une puis­sance de 90 W en a sous le capot et tolère un vol­ume sonore con­séquent avant de sat­ur­er. Si cela survient, c’est que vous écoutez beau­coup trop fort.

Marshall Woburn III

 

  • Sony, WH-1000XM5

Sony a lit­térale­ment dyna­mité le secteur des casques avec la réduc­tion de bruit active de ses casques de la série WH-1000X large­ment au-dessus de ses con­cur­rents (à part Bose et Apple, avec qui la firme japon­aise se tire la bouSony - WH-1000XM5 - casque réduction de bruit - cadeaux rre). Mais si l’ANC est dev­enue l’élément cen­tral de tous les casques Blue­tooth – bon courage à celui qui se lance sans ANC aujourd’hui –, cela ne suf­fit pas à devenir leader. Depuis leurs débuts, les WH-1000X ont réus­si un sans-faute sur bien des points : ANC, mais aus­si autonomie, ergonomie, con­fort, présence d’une app plus que com­plète per­me­t­tant une per­son­nal­i­sa­tion à la carte et bien sûr qual­ité de la repro­duc­tion sonore. À 380 €, ren­dre une copie qua­si par­faite était le min­i­mum. Alors pourquoi une cinquième ver­sion ? Car il y a tou­jours quelque chose à amélior­er. L’ANC gagne quelques crans, le mul­ti­point fait enfin son appari­tion, les aigus sont beau­coup mieux maîtrisés, et surtout, le design con­naît une refonte glob­ale. Fini le casque pli­able, en échange, le WH-1000XM5 gagne en épure. L’arceau et les branch­es sont beau­coup plus fins, et le casque, du haut de ses 250 g, est plus con­fort­able que son prédécesseur, y com­pris lors de longues ses­sions d’écoute. Pour le reste, pas de sur­pris­es : la con­nex­ion Blue­tooth est par­faite, l’autonomie costaude (30 h avec ANC, pos­si­bil­ité de récupér­er 3 h de bat­terie en 3 min de charge), la sig­na­ture sonore “de base” est un peu portée sur les bass­es (à cor­riger dans l’app en fonc­tion de ses goûts), le mode de cap­ta­tion des bruits envi­ron­nants s’améliore… Le casque le plus com­plet du marché haut la main et un achat (et un beau cadeau) sans risques, encore faut-il vouloir débours­er 420 €.

 

 

  • Sennheiser, Momentum 4 & TW3

Le retour d’un roi du casque, revenu en 203 avec deux épatantes nou­veautés. Tout d’abord le gros Momen­tum 4, mise à jour rad­i­cale de son prédécesseur sor­ti en 2019. Il faut d’abord sur­mon­ter une petite décep­tion. Sennheis­er a sac­ri­fié ce qui fai­sait l’originalité esthé­tique de son plus beau pro­duit grand pub­lic au prof­it d’une sobriété passe-partout. Ce sera là le seul reproche que l’on fera à ce casque très com­plet. D’une généra­tion à l’autre, il a gag­né en légèreté, pour pass­er sous la barre des 300 g, dimin­ué son prix de vente là où d’autres les gon­flent pour cause d’inflation (350 € con­tre 400 aupar­a­vant), adop­té le mul­ti­point, le Blue­tooth 5.2, le codec AptX Adap­tive et le tout tac­tile pour ses com­man­des (à l’exception d’un bou­ton marche arrêt/appairage). L’ANC est ample­ment suff­isante dans 99 % des cas et ce Momen­tum enterre la con­cur­rence avec une autonomie record de 60 h, réduc­tion de bruit active enclenchée. Du point de vue de la qual­ité sonore, pas de mau­vaise sur­prise, bien au con­traire. La repro­duc­tion est irréprochable, naturelle et équili­brée, la scène sonore est ample et on prof­ite des détails les plus fins et d’une stéréo par­faite. Mais il n’y a pas que des casques cette année chez Sennheis­er. Troisième généra­tion des intras Momen­tum, les True Wire­less 3 sont aus­si les pre­miers conçus par Sono­va, spé­cial­iste suisse des aides audi­tives, nou­veau pro­prié­taire de la branche grand pub­lic de la firme alle­mande. Pas de panique, rien n’a changé. Ces Momen­tum sont à la hau­teur de la répu­ta­tion de la mai­son : si la qual­ité sonore est la rai­son prin­ci­pale de votre achat, pas besoin d’aller voir ailleurs, ces intras sont pour vous. Pour 249 €, ils vous offriront une resti­tu­tion sonore sans équiv­a­lent dans cette gamme de prix – pré­cise, dynamique et équili­brée. Un sans-faute, à con­di­tion que vous n’ayez pas des con­duits audi­tifs trop étroits. Car les trans­duc­teurs de 7 mm, c’est bien pour le son, mais cela peut être douloureux à la longue.

 

  • Nura, NuraTrue Pro

Le retour des Aus­traliens les plus auda­cieux du marché de l’audio, qui ont pop­u­lar­isé l’autocalibration acous­tique per­son­nal­isée avec leur casque Nura­Phone ou leurs intras Nura­True – les appareils analy­sent le con­duit audi­tif pour restituer le son en fonc­tion de l’audition du por­teur. Dix-huit mois après le lance­ment des Nura­True, Nura les upgrade franche­ment en com­mer­cial­isant une ver­sion Pro, for­cé­ment plus chère. Ven­du 359 euros, ce mod­èle très pre­mi­um jus­ti­fie son tarif élevé par de solides avancées tech­niques : Blue­tooth 5.3,réduction de bruit active adap­ta­tive, spa­tial­i­sa­tion 3D, appari­tion d’une égal­i­sa­tion per­son­nal­is­able, con­nex­ion mul­ti­point, 32 h d’autonomie, recharge sans-fil du boîti­er… Jusqu’ici, c’est par­fait, mais pas encore révo­lu­tion­naire. Sauf que, les Nura­True Pro sont offi­cielle­ment les tout pre­miers intras à pou­voir exploiter le codec aptX Loss­less de Qual­comm grâce à une nou­velle puce. En français dans le texte, la lim­i­ta­tion his­torique du Blue­tooth saute : on peut désor­mais écouter des fichiers haute réso­lu­tion (44.1 kHz/16 bit, soit la qual­ité CD) en Blue­tooth. Ça n’a l’air de rien, mais ces drôles d’écouteurs vont devenir les meilleurs amis des audio­philes adeptes de l’audio nomade (on en con­naît). Con­di­tion sine qua non : pos­séder un smart­phone com­pat­i­ble aptX Loss­less. D’ici le milieu de l’année 2023, la majorité des mod­èles sous Android devrait l’être. Les Nura­True Pro sont donc un pari sur le futur. Mais même sans ce nou­veau codec, ils sont d’excellente fac­ture : la resti­tu­tion est bluffante, les bass­es sont réglables à volon­té, ils sont rétro­com­pat­i­bles avec l’aptX Adap­ta­tive, per­me­t­tant une écoute de fichiers de haute qual­ité, presque hi-res, leur ergonomie est une réus­site. Et mal­gré leur look orig­i­nal, ils sont d’un con­fort à toute épreuve. Gros coup de cœur.

Nura - NuraTrue Pro - écouteurs idées

 

 

  • Apple, AirPods Pro 2e génération 

C’était cou­ru d’avance, les Air­Pods Pro 2 d’Apple cara­co­lent en tête des ventes d’intras dans le monde. On peut préfér­er Android à Apple ou trou­ver que la firme cal­i­forni­enne a un peu poussé avec ses aug­men­ta­tions tar­i­faires récem­ment, reste que ces Air­Pods Pro ont dû logique­ment fig­ur­er sur bien des listes de Noël. Logique­ment, car en dehors de son prix (299 €) et de l’expérience util­isa­teur un peu en berne dès que l’on quitte l’écosystème Apple, il n’y a rien à reprocher à cette deux­ième généra­tion d’AirPods Pro, qui mar­que sa dif­férence avec le mod­èle lancé il y a trois ans : relift­ing du boîti­er, nou­veaux haut-parleurs, nou­velle puce H2, nou­veaux gestes tac­tiles, arrivée de la puce U1 qui per­met de géolo­calis­er le boîti­er et de le faire son­ner en cas de perte, et surtout une réduc­tion de bruit active qui se hisse – con­tre toute attente – à un niveau encore supérieur, notam­ment grâce à l’effort apporté à l’effacement des médi­ums, peut-être l’une des fréquences les plus dif­fi­ciles à estom­per. Autre nou­veauté appré­cia­ble, le con­trôle tac­tile du vol­ume. Sur ce point, Apple avait un petit train de retard sur la con­cur­rence. S’il suf­fit tou­jours de pin­cer pour gér­er les appels, la lec­ture ou le mode (ANC ou trans­parence, tou­jours au top), il est donc pos­si­ble de con­trôler le vol­ume par un glisse­ment (vers le haut ou le bas) sur les tiges des écou­teurs. Mais cer­taines choses ne changent pas. Ces écou­teurs semi intra-auriculaires restent par­mi les plus con­fort­a­bles du marché, scel­lant sans gêne aucune l’entrée du con­duit audi­tif. Quant à l’expérience d’écoute, elle fran­chit elle aus­si un nou­veau palier. Le ren­du sonore est dynamique, voire plus flat­teur que sur la pre­mière généra­tion, mais les bass­es sont idéale­ment resti­tuées, les aigus cristallins et les médi­ums pré­cis. Non vrai­ment, rien à reprocher à ces très bons écouteurs.

 

 

 

  • Huawei, Freebuds Pro 2

On peut affirmer que 2022 aura été l’année de la matu­rité pour les intras lancés par les « télé­phon­istes », y com­pris dans l’univers Android. Pour ne citer qu’eux, Google a réus­si un joli coup avec ses Pix­el Buds Pro, des écou­teurs au look réus­si et à la fiche tech­nique aboutie, et Sam­sung a ent­hou­si­as­mé avec ses minus­cules Galaxy Buds2 Pro, au son et à l’ANC par­faits. Mais le mod­èle le plus abouti de l’année, s’il ne devait y en avoir qu’un, serait sans aucun doute la deux­ième généra­tion des Free­buds Pro de Huawei. Et ce pour une rai­son sim­ple, ils sont déjà les plus con­fort­a­bles du lot. Avec leur design de type semi-intra avec tiges, même les rétifs aux intras sup­port­eront de les porter pour des ses­sions d’écoute pro­longées. La tenue est par­faite et les embouts pas intrusifs. Mais ce n’est bien évidem­ment pas là leur seul argu­ment. Si l’ANC fait le job, la grande force de ce mod­èle ven­du 220 euros réside dans l’extrême qual­ité de la resti­tu­tion sonore, grâce à la col­lab­o­ra­tion avec les Français de Devialet (ceux-là mêmes qui conçoivent les enceintes Phan­tom, belles, puis­santes et chères). La scène est à la fois large et pro­fonde, les bass­es joli­ment mis­es en avant, les aigus équili­brés. À l’aise dans absol­u­ment tous les styles, ces Free­buds Pro 2 sont aus­si ample­ment per­son­nal­is­ables. Par défaut, le réglage Devialet est appliqué, mais il existe trois autres présélec­tions, ain­si qu’un égaliseur à dix ban­des. De quoi affin­er le son au goût de cha­cun. Un sans-faute.

Huawei - Freebuds pro 2 - écouteurs cadeaux

 

  • Sonos, Sub Mini

Sonos -Submini - cadeaux home cinéma

Le cais­son de bass­es, cet incon­nu. Dans un sys­tème home cin­e­ma 5.1, il est le 1, chargé de restituer les fréquences les plus bass­es du spec­tre et d’of­frir de la pro­fondeur et du relief à la scène sonore. C’est peu et à la fois beau­coup. Quand on le coupe, tout sonne plus plat. C’est exacte­ment la sen­sa­tion que l’on éprou­ve le moment où l’on décon­necte le nou­veau Sub Mini de son sys­tème Sonos. La mar­que améri­caine, que l’on con­nais­sait déjà pour ses bar­res de son Beam ou ses très bonnes enceintes con­nec­tées One, par­faites pour le stream­ing audio (et plus encore) s’est enfin décidée à offrir une alter­na­tive à son très cher cais­son de bass­es pre­mi­um (849 euros) avec une ver­sion mini (tout est relatif), au prix un peu plus con­tenu (499 euros). Cela reste cher, c’est un très beau cadeau dont cer­tains n’ont pas fini de rêver, mais cela fait par­faite­ment le job. En con­fig­u­ra­tion home cin­e­ma, il apporte de sacrées sen­sa­tions physiques aux scènes d’action et mus­cle la resti­tu­tion sonore. Poly­va­lent, il est par­ti­c­ulière­ment effi­cace pour la “sim­ple” écoute musi­cale. Connectez-le à une paire de Sonos One en stéréo et le voilà qui va se charg­er de restituer les graves. Le son se fait plus pré­cis, plus pro­fond et pos­sède d’un coup bien plus de relief. La com­bi­nai­son peut sem­bler étrange, mais le résul­tat est à la hau­teur du prix. Seul défaut notable de ce Sub Mini : il fait si bien son tra­vail qu’une fois décon­nec­té, il manque vrai­ment quelque chose à la musique et l’écoute n’est plus jamais la même.

 

 

 

  • Google, Pixel 7

À 649 euros, le pro­duit le plus cher de cette sélec­tion, mais assuré­ment l’un des meilleurs smart­phones Android de l’année 2022. Bien sûr, il existe sur le marché des télé­phones qui fer­ont tou­jours plus : plus grand, plus cher, plus de puis­sance brute, meilleur en autonomie… Mais le Pix­el 7 offre le com­pro­mis par­fait entre prix et pos­si­bil­ités. Il y a d’abord le design, qui tranche avec la majorité des smart­phones disponibles aujourd’hui avec ses couleurs acidulées et son alliance verre/métal. Il y a ensuite l’alliance entre hard­ware et soft­ware. À la manière d’Apple, Google conçoit aus­si bien le télé­phone, la puce que le logi­ciel d’exploitation Android, le tout fonc­tion­nant en osmose par­faite. Il y a les avant-premières et les exclu­siv­ités logi­cielles, que Google réserve aux Pix­el sans les dis­tribuer aux autres fab­ri­cants, l’intégration par­faite dans un écosys­tème où l’on trou­ve ses très réus­sis écou­teurs Pix­el Buds et la toute nou­velle Pix­el Watch… Mais il y a aus­si, et c’est sou­vent la pre­mière rai­son de cra­quer pour un Pix­el, l’excellente qual­ité de ses pris­es de vues. Car le Pix­el 7 est une nou­velle fois le meilleur pho­to­phone Android, et de loin, grâce à d’excellents cap­teurs et un traite­ment a pos­te­ri­ori (coucou l’IA) qui don­nent tou­jours des clichés d’excellente qual­ité. Quand on sait que la pho­to est sou­vent essen­tielle dans l’achat d’un télé­phone, voilà peut-être la meilleure excuse de se pencher sur ce Pix­el 7.

 

Bonus

En hi-tech comme partout, l’important est sou­vent l’accessoire. Et pas besoin de dépenser des for­tunes pour amélior­er son expéri­ence avec un casque ou un smart­phone. Pour un bud­get plus mesuré, voilà quelques idées en vrac pour des cadeaux qui allient l’utile à l’agréable. On com­mence par l’accessoire sûre­ment le plus utile, et celui auquel on pense le moins, le protège-écran pour smart­phone, qui pro­tégera l’écran de votre cher doudou numérique d’une chute fatale sur un car­relage rebelle (spoil­er alert : le car­relage gagne tou­jours). Pour éviter de dépenser 1 000 euros dans un télé­phone et de finir avec une vit­re brisée, on ira chez Zagg offrir (ou s’offrir) à par­tir de 35 euros une pro­tec­tion digne de ce nom (et garantie à vie). Tou­jours pour smart­phone, main­tenant qu’ils sont (à peu près tous) com­pat­i­bles avec la charge sans fil rapi­de, pour moins de 60 euros, pensez aux dernières bat­ter­ies externes nomades Xtreme Mac (la power­bank mag­né­tique pour iPhone) ou Infin­i­ty Lab (l’InstantGo 5000 Wire­less, pour tout le monde), pour ne plus jamais être à sec. Si vous êtes du genre à stock­er, restock­er et stock­er encore des fichiers numériques à foi­son, le nou­veau petit disque dur ultra­ra­pi­de et com­pact Mobile Dri­ve de LaC­ie vous tend les bras. Enfin, indis­pens­ables à tous les pos­sesseurs d’intras, les mouss­es à mémoire de forme de Com­ply sauront combler même les plus exigeants. Conçus (par­fois spé­ciale­ment) pour tous les écou­teurs du marché, ils offrent un con­fort iné­galé, améliorent le port des intras dans les oreilles et appor­tent une dose d’isolation pas­sive sup­plé­men­taire. Essayez, vous nous remercierez.

(Vis­ité 512 fois)