Skip to main content
1 septembre 2022

Electro Alternativ, le festival qui va secouer Toulouse à coups d’éléctro

par Bérénice Hourçourigaray

Electro Alternativ établit à nouveau ses quartiers à Toulouse pour une dix-septième édition plus que prometteuse. Étalé du 8 au 17 septembre, le festival oscille entre poids lourds et nouvelle scène : Irène Drésel, Paloma Colombe, Pendulum, Brodinsky… 

Avis aux Toulousains et aux Tsugisiens. Electro Alternativ va envoûter les nuits toulousaines en dénichant lieux atypiques et DJs de tous horizons, le tout pour cinq soirées étalées sur le mois de septembre. Douze lieux phares de la ville seront réquisitionnés spécialement pour l’occasion : la fameuse salle de concert du Bikini mais également la halle de la machine, les Abattoirs, l’Écluse St-Pierre, la chapelle des Carmélites et le centre culturel Bellgarde. « Le mot d’ordre de cette année sera la célébration. Nous voulons après cet épisode si particulier retrouver plus que jamais l’échange et la fête autour de la musique électronique. » Sacré Covid. Sacrées retrouvailles. Pour la peine, le festival n’a pas fait dans la dentelle. Comme à son habitude, il mélange avec style les poids lourds et les talents émergents.

Et comme d’hab’ Electro Alternativ investit, de minuit à cinq heures trente, un lieu culte de la ville rose. Le Bikini est mobilisé pour animer vos nuits. Samedi 9 septembre, c’est Skream -qui a signé son grand retour cette année avec « The Attention Deficit Track« – qui se produira en B2B avec Thys. Flava D prendra le relai, suivi de la Toulousaine 6:AM et sa dubstep, halftime & house, orienté à 140 bpm.

Le samedi 17, c’est à la techno d’envahir le Bikini. Imaginez un monde où les beats lourds et percussifs se mêlent à des chants kabyles entêtants. C’est l’univers de Paloma Colombe qui réussit, grâce à sa musique, à créer des ponts entre les cultures. Bérengère s’y connaît aussi en mélange des cultures. Largement inspirée par les influences berlinoises, on l’attend au tournant avec son atmosphère Deep et Techno Mélodique un tantinet mélancolique. And last but not least, Irène Drésel. Doit-on encore vous la présenter ? Ses concerts sont la promesse d’un monde hypnotique dans lequel BPM langoureux et sportifs côtoient des mélodies cristallines. Artiste polymorphe ayant quitté la frénésie parisienne pour le calme de la campagne, Irène Drésel soigne son univers jusque dans les moindres détails, comme en témoignent sur scène les roses qui surplombent avec grâce l’acier froid de ses machines.

Comment vous dire qu’Electro Alternativ n’a pas chômé pour son week-end de fermeture. C’est parti pour un petit tour des présentations. Vendredi 16 septembre, c’est le DJ-set de Pendulum, le groupe incontournable de drum’n’bass qui vous fera transpirer jusqu’au petit matin. Samedi 17 Brodinsky : DJ et producteur, c’est une figure incontournable de la scène électronique parisienne qui s’est fait connaître en étant pensionnaire au Social Club. Sentimental Rave, la DJ qui vous mettait des petites claques tout en vous faisant des câlins. DJ, productrice et photographe autodidacte basée à Saint-Denis, elle puise son inspiration dans la rave, le gabber, les musiques expérimentales et la techno.

Electro Alternativ a toujours accordé une place de choix aux performances mêlant musique, art visuel et technologies numériques. Certaines sont des salles mythiques où les clubbers seront immergés dans une expérience sensorielle, grâce à des scénographies étudiées. En dehors des concerts, de nombreuses projections, conférences et masterclass seront également organisées. S’il réussit déjà à ramener le meilleur de la scène électronique, Electro Alternativ souhaite fédérer et réunir les acteurs locaux pour en faire un « événement solidaire qui n’exclut personne ».

Visited 41 times, 1 visit(s) today