Electro Alternativ, le festival qui va secouer Toulouse à coups d’éléctro

Elec­tro Alter­na­tiv établit à nou­veau ses quartiers à Toulouse pour une dix-septième édi­tion plus que promet­teuse. Étalé du 8 au 17 sep­tem­bre, le fes­ti­val oscille entre poids lourds et nou­velle scène : Irène Drésel, Palo­ma Colombe, Pen­du­lum, Brodinsky… 

Avis aux Toulou­sains et aux Tsug­isiens. Elec­tro Alter­na­tiv va envoûter les nuits toulou­saines en dénichant lieux atyp­iques et DJs de tous hori­zons, le tout pour cinq soirées étalées sur le mois de sep­tem­bre. Douze lieux phares de la ville seront réqui­si­tion­nés spé­ciale­ment pour l’occasion : la fameuse salle de con­cert du Biki­ni mais égale­ment la halle de la machine, les Abat­toirs, l’Écluse St-Pierre, la chapelle des Car­mélites et le cen­tre cul­turel Bell­gar­de. “Le mot d’ordre de cette année sera la célébration. Nous voulons après cet épisode si par­ti­c­uli­er retrou­ver plus que jamais l’échange et la fête autour de la musique électronique.” Sacré Covid. Sacrées retrou­vailles. Pour la peine, le fes­ti­val n’a pas fait dans la den­telle. Comme à son habi­tude, il mélange avec style les poids lourds et les tal­ents émergents.

Et comme d’hab’ Elec­tro Alter­na­tiv investit, de minu­it à cinq heures trente, un lieu culte de la ville rose. Le Biki­ni est mobil­isé pour ani­mer vos nuits. Same­di 9 sep­tem­bre, c’est Skream ‑qui a signé son grand retour cette année avec “The Atten­tion Deficit Track”- qui se pro­duira en B2B avec Thys. Fla­va D pren­dra le relai, suivi de la Toulou­saine 6:AM et sa dub­step, half­time & house, ori­en­té à 140 bpm.

Le same­di 17, c’est à la tech­no d’en­vahir le Biki­ni. Imag­inez un monde où les beats lourds et per­cus­sifs se mêlent à des chants kabyles entê­tants. C’est l’u­nivers de Palo­ma Colombe qui réus­sit, grâce à sa musique, à créer des ponts entre les cul­tures. Bérengère s’y con­naît aus­si en mélange des cul­tures. Large­ment inspirée par les influ­ences berli­nois­es, on l’at­tend au tour­nant avec son atmo­sphère Deep et Tech­no Mélodique un tan­ti­net mélan­col­ique. And last but not least, Irène Drésel. Doit-on encore vous la présen­ter ? Ses con­certs sont la promesse d’un monde hyp­no­tique dans lequel BPM lan­goureux et sportifs côtoient des mélodies cristallines. Artiste poly­mor­phe ayant quit­té la frénésie parisi­enne pour le calme de la cam­pagne, Irène Drésel soigne son univers jusque dans les moin­dres détails, comme en témoignent sur scène les ros­es qui sur­plombent avec grâce l’acier froid de ses machines.

Com­ment vous dire qu’­Elec­tro Alter­na­tiv n’a pas chômé pour son week-end de fer­me­ture. C’est par­ti pour un petit tour des présen­ta­tions. Ven­dre­di 16 sep­tem­bre, c’est le DJ-set de Pen­du­lum, le groupe incon­tourn­able de drum’n’bass qui vous fera tran­spir­er jusqu’au petit matin. Same­di 17 Brodin­sky : DJ et pro­duc­teur, c’est une fig­ure incon­tourn­able de la scène élec­tron­ique parisi­enne qui s’est fait con­naître en étant pen­sion­naire au Social Club. Sen­ti­men­tal Rave, la DJ qui vous met­tait des petites claques tout en vous faisant des câlins. DJ, pro­duc­trice et pho­tographe auto­di­dacte basée à Saint-Denis, elle puise son inspi­ra­tion dans la rave, le gab­ber, les musiques expéri­men­tales et la techno.

Elec­tro Alter­na­tiv a tou­jours accordé une place de choix aux per­for­mances mêlant musique, art visuel et tech­nolo­gies numériques. Cer­taines sont des salles mythiques où les club­bers seront immergés dans une expéri­ence sen­sorielle, grâce à des scéno­gra­phies étudiées. En dehors des con­certs, de nom­breuses pro­jec­tions, con­férences et mas­ter­class seront égale­ment organ­isées. S’il réus­sit déjà à ramen­er le meilleur de la scène élec­tron­ique, Elec­tro Alter­na­tiv souhaite fédér­er et réu­nir les acteurs locaux pour en faire un “événe­ment sol­idaire qui n’exclut per­son­ne”.

(Vis­ité 463 fois)