Electrons Libres : le rendez-vous futuriste de Stereolux

Créer un spec­ta­cle musi­cal mais surtout visuel : c’est la promesse de la soirée Elec­trons Libres. Jeu­di 29 novem­bre à Stere­olux, lives AV et curiosités numériques graviteront autour d’une sélec­tion de musi­ciens placée sous le signe de l’ex­péri­men­ta­tion. À com­mencer par l’artiste audio­vi­suel Robin Fox. Respon­s­ables de per­for­mances, d’ex­po­si­tions et de designs pour la danse con­tem­po­raine, l’Aus­tralien est un véri­ta­ble touche-à-tout. Pour son nou­veau live, il inter­prètera un “con­cer­to pour rayons lasers” — ce sont ses mots — dans une danse fasci­nante de fais­ceaux épileptiques.

Autre reg­istre, autre style avec le petit génie Gra­ham Dun­ning. Après avoir bricolé un morceau de tech­no arti­sanal dans une vidéo à 3 mil­lions de vues,  l’anglais nous rep­longera dans son univers fait de brics et de brocs. Objets en tout gen­res et vinyles en rota­tion risquent de s’en­tre­cho­quer dans une cacoph­o­nie bruitiste et organique aux antipodes des modes numériques actuelles. Un procédé qui renoue avec les orig­ines électro-acoustiques de la musique élec­tron­ique. Et qui n’est pas sans rap­pel­er notre Jacques nation­al.

Mais Elec­trons Libres, c’est aus­si l’ex­péri­men­tal Ofer Smi­lan­sky, le duo Por­tu­gais tech­no Boris Chimp 504, qui racon­tera l’his­toire d’un chim­panzé per­du dans l’e­space en images et en sons, et le tan­dem Falais­es, à mi-chemin entre noise et ambi­ent, accom­pa­g­né de pro­jec­tions en map­ping. Comme vous l’au­rez com­pris, ce rendez-vous se veut alter­natif en tablant sur une scéno­gra­phie avant-gardiste. Et Tsu­gi vous pro­pose d’ailleurs d’y assis­ter : pour ten­ter de gag­n­er deux places, ça se passe sur ce lien.

Plus d’in­for­ma­tions sont disponibles sur la page Face­book de l’événe­ment.

(Vis­ité 278 fois)