Elektric Park Festival : rentrée déguisée et festive avec Fakear, Anna et Popof

Comme un mini-Sziget. L’Elek­tric Park Fes­ti­val — anci­en­nement nom­mé Inox Park — inve­sti­ra l’Île des Impres­sion­nistes de Cha­tou le 8 sep­tem­bre. Situé à une quin­zaine de min­utes de Paris en RER, le fes­ti­val est devenu l’un des rendez-vous incon­tourn­ables de la scène élec­tron­ique en moins d’une décen­nie. Créé par le célèbre DJ et pro­duc­teur Joachim Gar­raud, il séduit chaque année plus de 20 000 par­tic­i­pants par son esprit con­vivial et ses dif­férentes scènes séparées par genre.

De 11h à minu­it, trois scènes spé­ci­fiques ver­ront se suc­céder plus d’une ving­taine d’artistes. La pre­mière, la plus main­stream nom­mée Yel­low Stage accueillera artistes électro/EDM. On y retrou­vera ain­si des DJ-sets des Français Fed­er, Fakear — quelques mois après la sor­tie de son deux­ième album All Glows — et Bon Enten­deur mais aus­si Mar­tin Jensen, Pur­ple Dis­co Machine et Joachim Gar­raud, créa­teur de l’événe­ment. Estampil­lée tech­no, la Green Stage recevra quant à elle la Brésili­enne Anna, en phase de devenir l’une des plus grandes DJs de la planète, l’Alle­mand Sven Väth, Popof en ter­ri­toire con­nu — déjà pro­gram­mé il y a six ans — et Gior­gia Angiuli pour un live plein de sen­sa­tions. Enfin, la Red Stage “Hard & Trance” portera bien son nom avec Rad­i­cal Redemp­tion, Neel­ix, Ace Ven­tu­ra et Le Bask, clas­siques du genre.

Au-delà de la musique, le fes­ti­val fran­cilien peut se van­ter d’une organ­i­sa­tion des plus impres­sion­nantes. Alors que 70% des fes­ti­va­liers vien­nent déguisés, des scéno­gra­phies, ani­ma­tions et per­for­mances en tout genre aus­si éton­nantes qu’éblouis­santes — manèges, cracheurs de feu, échas­siers — don­nent au lieu des allures de fête foraine. Le pro­gramme par­fait pour com­penser une ren­trée moins attrayante.

Retrou­vez l’in­té­gral­ité de la pro­gram­ma­tion, scène par scène, ci-dessous :

Toutes les infor­ma­tions sont à retrou­ver sur le site du fes­ti­val.

(Vis­ité 1 273 fois)