En écoute : les Black Lips viennent de sortir “Satan’s Graffiti or God’s Art?”, un très bon huitième album

Huit albums, tout de même ! Act­if depuis le début des années 2000, la joyeuse bande des Black Lips est de retour, trois ans après Under­neath The Rain­bow, avec un disque au très cool titre : Satan’s Graf­fi­ti Or God’s Art ?. Garage évidem­ment, psy­chédélique aus­si, les gui­tares y sont tou­jours aus­si crades et les refrains tou­jours aus­si gueulés dans un micro à la sat­u­ra­tion extrême. Comme d’habi­tude donc ? Non, pas vrai­ment : Satan’s Graf­fi­ti Or God’s Art ? se paye le luxe de l’ex­péri­men­ta­tion, pour un résul­tat par­fois bor­délique (en même temps c’est pour ça qu’on les aime) mais tout à fait jouis­sif. Même les inter­ludes, qui n’ont d’in­ter­lude que le nom (deux sur trois font dans les trois min­utes), valent le détour, le bluesy “Got Me All Alone” en tête.

Si vous êtes plutôt Spo­ti­fy : 

Entre les chœurs et un psy­chédélisme si prenant que c’est à se deman­der si les gui­tares elles-même ne sont pas sous acide, le fan­tôme Vel­vet et surtout Bea­t­les n’est jamais très loin sur cet album. Et pour cause : tout le disque a été pro­duit par Sean Lennon, fils de, tan­dis que maman Yoko Ono offre ses cris à “Occi­den­tal Front”. Une bien belle équipe donc, qui nous embar­que à Hawaii sur “Wayne”, dans une cave punk lon­doni­enne sur le poignant sin­gle “Can’t Hold On”, sous un chapiteau de cirque qui s’écroule dans “We Know” ou par­mi une bande de red­necks bour­rés avec “Squat­ting In Heav­en”… Le voy­age n’est pas de tout repos donc, mais, puisqu’il s’ag­it là d’un des meilleurs albums des Black Lips, ça vaut franche­ment le coup.

Les Black Lips seront au fes­ti­val La Route du Rock à Saint-Malo le 19 août. 

(Vis­ité 600 fois)