Skip to main content
Crédit : Phil Sharp
22 mars 2019

En écoute : « LP5 », le retour d’Apparat

par Victor Goury-Laffont

Six ans. C’est le nombre d’années qui séparent LP5 – sorti aujourd’hui -, de Krieg Und Frieden (Music for Theatre), le dernier album de Sascha Ring sous le nom Apparat. Entre temps, le Berlinois ne chôme pas : il signe avec Moderat, le groupe qu’il a composé avec Gernot Bronsert et Sebastian Szary de Modeselektor, deux albums soufflant du bon et du moins bon, se laissant parfois aller à une pop électronique simpliste. Mais comme ses compatriotes et anciens collaborateurs musicaux, il se relance désormais dans le bain pour un grand retour solo.

Moins électronique que Orchestra of Bubbles – sa collaboration de 2006 avec Ellen Allien -, moins pop que A Devil’s Walk et moins grandiloquent que son dernier album que Krieg Und FriedenLP5 se présente comme une synthèse expérimentale bien qu’accessible. On y retrouve pèle-mêle des éléments acoustiques et électroniques, des sonorités planantes confrontées à des glitchs et des mélodies distordues comme sur « Means Of Entry ». Le disque s’emballe avec des titres comme « Caronte », pour mieux nous ramener à la tranquillité avec d’autres comme « Eq_Break », véritable composition de classique contemporain. Comme souvent, les bémols viennent de la voix falsetto de Sascha Ring, qui résonne parfois comme un Bon Iver moins subtil. Mais l’Allemand sait ne pas en abuser, et ne vient donc pas fragiliser la qualité globale de ce nouveau disque. Un voyage audacieux mais tout en douceur, le fruit d’une carrière riche en collaborations et en diversité stylistique.

Ecoutez LP5 :


Et si vous êtes plutôt Spotify :

Visited 22 times, 1 visit(s) today