En écoute : Stevie R reprend les sonorités de sa Grèce natale dans son nouvel album “Melt”

Melt, c’est l’histoire d’une ren­con­tre presque improb­a­ble entre une tech‐house pro­pre et limpi­de et un blues grec dont la créa­tion remonte aux années 20. Ste­vie R révèle aujourd’hui son nou­v­el album, sor­ti via Chap­ter 24 Records. Avec ce nou­veau disque, le pro­duc­teur né en Grèce mais qui se pro­duit désor­mais depuis Lon­dres s’intéresse au Rebetiko — une musique pop­u­laire du siè­cle dernier, essen­tielle dans l’histoire artis­tique du pays méditer­ranéen -.

In fine, toute l’ambition de l’album réside dans son titre : en croisant les gen­res, l’artiste espère créer un melt­ing pot musi­cal, mari­ant le style qui a définit sa car­rière avec la musique de son enfance. Une alliance qui ressort de façon var­iée. Sur “Aspru­la”, l’artiste offre une mélodie ori­en­tale, mais opte dans un pre­mier temps pour un syn­thé­tiseur plutôt qu’un instru­ment tra­di­tion­nel. A l’inverse, “Gunii” fait appel à sonorités de gui­tares com­munes dans la musique grecque, qu’il mêle ensuite à des machines analogiques. Quelques morceaux voient d’ailleurs ces dif­férents styles de pro­duc­tions altern­er, comme “Bot­sa Bot­sa”. Approchant la fin du disque, Ste­vie R revient à des com­po­si­tions plus proche d’un son de dance­floor typ­ique, avant que “Misir­lu” nous ren­voie directe­ment en direc­tion d’Athènes avec le sam­pling d’un chant grec. Le pas­sage d’un univers à l’autre, qui offre une par­faite syn­thèse à Melt.

Et si vous êtes plutôt Spo­ti­fy :

(Vis­ité 252 fois)