En écoute : The Cinematic Orchestra signe un grand retour avec “To Believe”

Après douze ans sans album et avec des sor­ties plus que lim­itées, The Cin­e­mat­ic Orches­tra signe aujourd’hui (et enfin), un nou­veau disque inti­t­ulé To Believe. Mais com­ment donc revenir suite à une si longue absence ? Fallait‐il opter pour un retour à ce son à la croisée de l’électro-jazz et du down­tem­po qui a forgé l’identité du pro­jet au début des années 2000 ? Ou plutôt con­tin­uer sur le chemin des super‐productions hyper‐émotionnelles entamé avec La Fleur, il y a plus d’une décen­nie ?

Le dilemme est ici con­tourné avec habileté. To Believe tire sa force émo­tion­nelle non pas de com­po­si­tions car­i­cat­u­rale­ment mélan­col­iques, mais plutôt d’une cer­taine tran­quil­lité ambiante qui règne tout au long de cette petite heure de musique. La pro­duc­tion effi­cace, ultra‐rythmique et entraî­nante au pos­si­ble sur “A Caged Bird/Imitations Of Life”, où des drums déchaînées ne sont aug­men­tées que par le spoken‐word de Roots Manu­va et quelques cordes. Au final, To Believe paraît presque être l’album le plus naturel, spon­tané et le moins man­u­fac­turé de The Cin­e­mat­ic Orches­tra.

Le fruit, peut‐être, d’un Jason Swin­scoe qui opère désor­mais en groupe. Alors que le Bri­tan­nique était jusque là la force créa­tive cen­trale du Cin­e­mat­ic Orches­tra, il tra­vaille désor­mais avec Dominic Smith. Dans le dernier numéro de Tsu­gi, il con­fi­ait d’ailleurs que ce tra­vail col­lec­tif per­me­t­tait “d’analyser, d’entreprendre notre auto‐critique”. Et les col­lab­o­ra­tions sont d’ailleurs légion dans ce disque. Dès le titre intro­duc­tif, on recroise l’Américain Moses Sum­ney, récem­ment aperçu du côté de chez James Blake, dont la voix aïgue super­posée se trans­forme en instru­ment angélique, accom­pa­g­né sim­ple­ment de quelques notes de gui­tares. Plus loin, on trou­ve donc Roots Manu­va, mais égale­ment la chanteuse néo‐soul Taw­iah et le chanteur folk Grey Rev­erend. Cha­cun, ici, s’intègre dans un tout cohérent, appor­tant son iden­tité artis­tique mais ne frag­ilisant pas celle du disque.

Jason Swin­scoe avait décrit son dernier album comme “la BO d’un film imag­iné”. En 12 ans, les inspi­ra­tions ciné­ma­tiques n’ont pas dis­parues. Sim­ple­ment, plutôt qu’un block­buster hol­ly­woo­d­i­en, on sem­ble ici être en présence d’un des films d’auteurs de l’année.

Retrou­vez The Cin­e­mat­ic Orches­tra en con­cert au Nou­veau Casi­no (Paris) le 18 mars. Infor­ma­tions.

Ecoutez To Believe :

Et si vous êtes plutôt Spo­ti­fy : 

(Vis­ité 2 623 fois)