Exclu : techno brutale et hypnotique sur “Gospel Four” de Johannes Heil

Rien ne pou­vait prévoir l’as­cen­scion ful­gu­rante de Johannes Heil, jusqu’à devenir l’un des pro­duc­teurs les plus pro­lifiques de sa généra­tion. L’Alle­mand se fait remar­quer dès l’âge de 14 ans par le DJ et pro­duc­teur Heiko Laux, patron de Kan­zler­amt fondé en 1994. En 1996, ses pre­mières pro­duc­tions sor­tent d’abord sur U‑Turn, sous-label de Kan­zler­amt, et deux ans plus tard il créé son pro­pre label, JH, avec notam­ment un bel EP de lance­ment, Die eigene Achse. Il ne s’ar­rête pas en si bon chemin et réalise son pre­mier album la même année, Real­i­ty To Midi, sur Kan­zler­amt, s’in­scrivant alors défini­tive­ment au devant d’une scène explo­sive. Les années suiv­antes, Johannes Heil explore plusieurs facettes de la tech­no et des musiques élec­tron­iques au sens large en sor­tant aus­si bien des EPs sur ses labels JH et Meta­tron Records (créé en 2007) que sur Cocoon Record­ings, Klang Elek­tron­ic ou encore Break New Soil. Depuis 2013, le pro­duc­teur alle­mand col­la­bore fréquem­ment avec Len Faki, aus­si bien sur son label Fig­ure qu’au sein de leur pro­jet LFJH, don­nant lieu à des morceaux mas­sifs tels que “The Octo­puss” ou encore “Dirty”. Et dernier venu en 2015, Exile est son troisième label, fondé avec Markus Suck­ut.

Cette année, après deux EPs sor­tis sur Exile (sobre­ment nom­més Unti­tled et Unti­tled) Johannes Heil revient de plus belle avec Gospel, son onz­ième album, dont la sor­tie est prévu ce 3 octo­bre sur Odd Even Records cette fois-ci. En exclu­siv­ité aujour­d’hui sur Tsu­gi, “Gospel Four” est un mis­sile tech­no indus­triel et puis­sant. Comme un petit encas avant le plat de résis­tance, la pre­mière moitié du morceau évolue sur un rythme rapi­de et per­cu­tant par une ligne de basse qui tabasse. Le drop arrive et les nappes syn­thé­tiques et hyp­no­tiques se char­gent d’élever l’au­di­teur en l’air avant de lui don­ner une belle claque lors de la reprise.

(Vis­ité 589 fois)