Skip to main content
Fairphone / Marshall / Nothing
24 mai 2024

Fairphone, Nothing, Marshall : la sélection audio de Tsugi

par Benoît Carretier

Chaque mois, Tsugi vous fait part de sa sélection tech disponible dans le dernier numéro en date du magazine Tsugi. Tests produit, décryptages et conseils : testés et éprouvés ! Suivez le guide.

Cet article est issu du Tsugi 170 : Rebeka Warrior et les pionnières

 

fairphone

© Fairphone

Fairphone Fairbuds

Il aura donc fallu attendre presque huit ans pour que quelqu’un se lance. Depuis l’arrivée des premiers AirPods, qui ont retourné le marché de l’audio nomade et initié la révolution des true wireless, personne ne s’était vraiment posé la question de la pollution engendrée par les intras en fin de vie. Que se passe-t-il quand la batterie meurt ? On les jette. Et c’est encore une fois du côté de Fairphone qu’une solution voit le jour.

Après ses smartphones modulaires et son casque éco‑conçu, la firme néerlandaise débarque avec les premiers intras aux batteries à remplacer soi-même, à la fois sur le boîtier de charge et sur les écouteurs. De quoi 1) offrir une durée de vie sans commune mesure à ses écouteurs 2) se donner bonne conscience. Mais éco-concevoir les Fairbuds, utiliser 70% de plastique recyclé, accorder une attention particulière à leur réparabilité et à leur recyclage suffira-t-il à emporter les suffrages du public ?

S’il est nerd au point de vouloir les derniers codecs, le hi-res, le meilleur son possible et un design à couper le souffle, non. S’il n’a pas peur d’un boîtier et d’intras un peu volumineux (il faut bien faire de la place aux batteries), s’il peut se contenter d’une ANC correcte, d’une autonomie totale de 26h, d’une connexion multipoint, d’une restitution équilibrée et d’un prix de 149 €, bien sûr que oui. Simples, fonctionnels, et surtout durables. Que demander de plus ?

 

fairphone

© Nothing

Nothing Ear

Voilà une marque qui a tout compris. Arrivée avec ses écouteurs Ear (1) puis (2) sur un marché encombré, l’ambition de Nothing de casser les codes a été payante. Avec leur boîtier de charge carré, transparent, compatible avec la charge sans fil, ses écouteurs eux aussi en partie transparents, ce qui permet d’apercevoir quelques composants, un prix maîtrisé (99 € au lancement de la première génération), des qualités indiscutables (confort et maintien dans l’oreille, ANC, restitution sonore équilibrée…), les Ear avaient tout pour plaire.

Branle-bas de combat pour la troisième itération, disponible en deux versions : une plus haut de gamme, nommée Ear et vendue 149 €, et une plus accessible, les Ear (a), vendue 99 € et pourvue d’un boîtier minuscule. Mais meilleur marché, chez Nothing, ne signifie pas au rabais, puisque les deux modèles partagent bien des caractéristiques : le design, le gabarit, l’excellente réduction de bruit active, les micros, la technologie maison d’amélioration des graves…

Seule différence notable, les transducteurs, en polyuréthane sur les Ear (a), en céramique sur les Ear (ce qui permet d’offrir un son encore plus puissant, précis et équilibré). Dans les deux cas, ces nouveaux modèles des intras les plus geek du marché (il le faut pour aimer contempler des composants) offrent une partition sans aucune faute, tant du point de vue de l’ANC, de l’autonomie (5h par charge et possibilité de charge rapide), de l’app (qui permet toute sorte de personnalisation du son et des réglages), du design que de la restitution sonore. Et à partir de 99 €, vous pouvez foncer les yeux fermés.

 

fairphone

© Marshall

Marshall Minor IV et Major V

On ne change pas une équipe qui gagne, on l’améliore. Si le refrain est connu dans le monde de l’audio, difficile d’en vouloir à certains d’upgrader leurs modèles phares. Chez Marshall, place donc au Minor IV, première mise à jour en plus de deux ans de ses écouteurs au format bouton.

Le relifting est léger, mais utile. Si le look global n’a pas changé, que la signature sonore, joliment ronde, n’a pas bougé d’un iota et que l’ANC n’est toujours pas de la partie, l’autonomie est portée à 7h par charge (30h au total), le design a été revu pour une tenue dans l’oreille améliorée, le Bluetooth LE Audio fait son apparition (pour une amélioration de la qualité audio et de la portée du signal), tout comme le multipoint. Des améliorations bienvenues pour un prix inchangé de 129 €.

Comme Marshall aime livrer les nouveautés par paires, le Major V, peut-être le casque le plus emblématique de la gamme de la firme anglo‑suédoise, fait également son apparition au catalogue. Déjà détenteur du record d’autonomie pour un casque Bluetooth, cette bête d’endurance atteint désormais les 100h par charge. Un chiffre proprement ahurissant, impensable il y a encore quelques années et qui doit faire des jaloux chez la concurrence.

Exceptée cette amélioration impressionnante, les changements restent là encore a priori mineurs sur ce casque supra-auriculaire vendu 149€ : arrivée du Bluetooth LE Audio, personnalisation poussée de la molette « à tout faire » (marche‑arrêt, gestion du volume), désormais doublée d’un bouton permettant de lancer directement Spotify, recharge sans fil et diminution de la distorsion. Un casque robuste, léger et confortable qui a fait ses preuves. Sans risque donc.

 

Également sur tsugi.fr : Yamaha, Klipsch, Kef : la sélection audio de Tsugi
Visited 270 times, 1 visit(s) today