Fermeture temporaire du Cabaret Sauvage : vers un lieu plus écologique et moderne

Depuis un peu plus de vingt ans, le Cabaret Sauvage ani­me les soirées de la Vil­lette entre spec­ta­cles, fêtes et con­certs. De la tech­no au jazz, pas de jaloux dans la pro­gram­ma­tion du chapiteau parisien. Fondé par Méziane Aza­ïche en 1994, le lieu était sup­posé­ment éphémère… C’é­tait sans compter le suc­cès qu’il ren­con­tre au cours de quelques semaines seule­ment. Trois ans plus tard, le Cabaret Sauvage ouvre défini­tive­ment ses portes, pour devenir l’une des adress­es incon­tourn­ables de Paris, au coeur du 19ème arrondisse­ment.

Après les bals, les cirques, les fes­ti­vals ou encore les spec­ta­cles de c abaret, dif­fi­cile de trou­ver un évène­ment que ce lieu n’a pas accueil­li. De quoi user ses planch­es à force d’y danser toutes les nuits. Le Cabaret Sauvage a donc annon­cé une fer­me­ture excep­tion­nelle pour trois mois à compter du 1er juil­let prochain. L’ob­jec­tif étant tout d’abord de rénover l’en­droit, mais surtout, de le révo­lu­tion­ner. Dans un pre­mier temps, il sera com­plète­ment insonorisé (les écureuils de la Vil­lette voudraient bien dormir la nuit). Méziane Aza­ïche s’est asso­cié à Alex Med­er, le con­struc­teur des Mag­ic Mir­rors (ces chapiteaux bar­bés de lumières comme celui du Cabaret, ou bien ceux du fes­ti­val Big Love à Rennes), pour repenser ce cabaret unique. Une scène plus grande, un engage­ment écologique avec des bois locale­ment pro­duits, mais surtout une opti­mi­sa­tion des espaces extérieurs seront les pri­or­ités de ces travaux.

Mais rassurez-vous ; pour fêter digne­ment ce (faux) départ, le Cabaret a évidem­ment prévu une fête digne de ce nom. A la manière d’un Dia de Los Muer­tos, sa pro­pre mort sera à l’hon­neur… Pour mieux atten­dre sa renais­sance. Et si c’est trop dif­fi­cile de patien­ter jusque là, Tsu­gi et la Société Ricard Live Music ont assem­blé leurs forces pour la fête de la musique, et vous don­nent rendez-vous pour 12 heures de musique non-stop. On ne va pas le lâch­er, ce Cabaret.

(Vis­ité 1 108 fois)