Four Tet sort deux morceaux sous son imprononçable alias ⣎⡇ꉺლ༽இ•̛)ྀ◞ ༎ຶ ༽ৣৢ؞ৢ؞ؖ ꉺლ

Quel joli nom. Four Tet livre deux nou­veau morceaux sous le pseu­do­nyme ⣎⡇ꉺლ༽இ•̛)ྀ◞ ༎ຶ ༽ৣৢ؞ৢ؞ؖ ꉺლ — qu’il avait délais­sé depuis mars 2018. Comme à son habi­tude, il donne à ses sin­gles des noms indéchiffrables avec une mul­ti­tude de sym­bol­es : “ʅ͡͡͡͡͡͡͡͡͡͡͡(ƟӨ)ʃ͡͡͡͡͡͡͡͡͡͡ ꐑ(ཀ ඊູఠీੂ೧ູ࿃ूੂ✧✧✧✧✧✧ළඕั࿃ूੂ࿃ूੂ” et “ੂ࿃ूੂළඕั✧✧ı̴̴̡ ̡̡͡|̲̲̲͡ ̲̲̲͡͡π̲̲͡͡ ɵੂ≢࿃ूੂ೧ູఠీੂ ඊູཀ ꐑ(ʅ͡͡͡͡͡͡͡͡͡͡͡(ƟӨ)ʃ͡͡͡͡͡͡͡͡͡͡”. Par­mi ses nom­breux alias, c’est générale­ment celui sous lequel il sort ses morceaux les plus con­tem­plat­ifs.

Ici, comme l’indique la pochette, le mini EP s’in­scrit dans un monde sous-marin. Sur le pre­mier titre, les bass­es sont étouf­fées, comme si elles étaient noyées. Quant aux voix hyp­no­tiques et enchanter­ess­es au tim­bre mod­ulé, elles sont sem­blables à celles de sirènes qui séduiraient les marins. Le sec­ond titre est exacte­ment dans le même esprit, avec les mêmes voix et des vari­a­tions unique­ment dans la par­tie instru­men­tale. Les per­cus­sions sont plus claires, et des mélodies douces et enjouées au syn­thé vien­nent s’in­staller au fil du sin­gle. Four Tet pro­pose avec ce pro­jet un voy­age col­oré dans les pro­fondeurs des océans. Bref, ⣎⡇ꉺლ༽இ•̛)ྀ◞ ༎ຶ ༽ৣৢ؞ৢ؞ؖ ꉺლ livre deux titres d’une douceur sans nom.


Et voilà pour ceux qui sont plus Spo­ti­fy (et qui auraient galéré à taper le nom dans la barre de recherch­es)…

(Vis­ité 801 fois)