Skip to main content
Panoramas Festival / ©Éric Tanguy
25 mars 2020

Franck Riester a annoncé lever 22 millions d’euros pour sauver la Culture

par Arthus Vaillant

En cette période de confinement forcé, de nombreux secteurs sont impactés par la crise sanitaire qui pourrait se transformer en crise économique. Le secteur de la Culture, employant près de 400.000 personnes en France, n’en est pas épargné. Le confinement et la fermeture des salles d’activités culturelles ont causé de grosses pertes financières pour ces services. Pour la musique, la Prodiss, syndicat des producteurs et salles de concert privés, estime la perte pour leur secteur à 590 millions d’euros.

«Nous devons tout mettre en œuvre pour assurer la survie des acteurs culturels», a assuré le ministre de la Culture et de la communication Franck Riester. Le 18 mars, ce dernier a dévoilé une série de mesures de soutien pour les acteurs culturels. Celles-ci vont dans la continuité des mesures gouvernementales comprenant l’accompagnement du chômage partiel ou la création de fonds de solidarité.

Ainsi, un fonds de soutien de 22 millions d’euros a été levé pour aider le milieu de la culture, dont 10 millions pour le secteur musical (auxquels s’ajoute 1,5 million d’euros issus de la Spedidam, l’Adami et la Sacem, sociétés de droits d’auteurs et d’interprètes). Le Centre national de la musique, qui met en suspens les taxes sur les billetteries pour le mois de mars, se chargera de la distribution de ces aides (plafonnées à 11 500 euros par salle, d’après le formulaire de demande). Pour le reste, les secteurs du spectacle et de l’édition bénéficieront chacun de cinq millions d’aides, tandis que les arts plastiques auront droit à deux millions.

À lire également
Annulations d’événements en série : comment vont-ils s’en sortir ?

 

Le ministre a déclare que d’autres mesures spécifiques suivront pour « répondre au risque de disparition des structures culturelles, notamment les plus fragiles ». Dès le 19 mars, Franck Riester a annoncé des mesures concernant les artistes, auteurs et intermittents. En collaboration avec la ministre du travail Muriel Pénicaud, le ministre s’est résolu à « neutraliser la période démarrant le 15 mars et s’achevant à la fin du confinement de la population française » afin de pouvoir calculer la période de référence de l’assurance chômage, des droits sociaux et du calcul et versement de leurs indemnités.


Une rencontre avec les organisations syndicales et les professionnels du secteur est prévue afin de mettre en place des « dispositifs d’accompagnement qui permettront de soutenir l’emploi artistique à l’issu de l’épidémie ». Il ne restera plus, alors, qu’à décider de l’avenir réservé aux bâtiments culturels que les collectivités locales s’occupent de gérer et financer.

Visited 23 times, 1 visit(s) today