Skip to main content
Crédit : Jerry Pigeon
4 décembre 2017

Il n’y a pas que le rap français ou belge dans la vie : découvrez le hip-hop québécois d’Alaclair Ensemble

par Marjorie Fristot

Découvert en France grâce au « Ça que c’tait » extrait de son dernier album Les Frères cueilleurs sorti en 2016, le crew Alaclair Ensemble est probablement le groupe de rap le plus givré du Québec. Si l’on est rapidement tentés de les définir comme un ovni musical, on revient vite sur Terre à l’écoute de leurs flows véloces accompagnant un medley d’influences hip-hop tout droit venu des années 90. Tout en se plaçant comme fervents défenseurs de la musique traditionnelle et des traditions orales, Alaclair Ensemble puise autant dans le rap américain que dans les classiques québécois. Forts de leur renommée outre-atlantique – ils ont remporté fin octobre le prix Félix, l’équivalent québécois de nos Victoires De La Musique, du meilleur album hip-hop – la troupe d’Alaclair remue actuellement les scènes françaises et s’apprête à retourner le Badaboum le 5 décembre.

Tu peux m’expliquer le concept d’Alaclair Ensemble?

Watson : On fait de la musique, on est un groupe de hip-hop. On vient du Bas-Canada, de la région de Québec et de Montréal. On fait du postrigodon, c’est de la musique traditionnelle du futur ! C’est un style musical bien à nous qui a été fondé en 1838 par Robert Nelson et James Dewitt Yancey sur les plaines Babraham. Tout ça est disponible dans le glossaire présent sur notre site Internet. Il y a toute l’histoire du postrigodon et de quoi décoder nos textes et notre musique. Le rap nous a touché à un tout jeune âge et lorsqu’on est devenus adultes on s’est rencontrés grâce à notre amour pour la musique. Personnellement je suis tombé en amour avec le rap quand j’avais douze ans en écoutant De La Soul. On est des vieux de la vieille, ça fait longtemps qu’on roule notre bosse donc on peut faire et on écoute toute sorte de musique. Ce n’est pas que du hip-hop finalement.


Quels sont les thèmes récurrents dans vos paroles?

On aborde tous les thèmes sans faire de généralités en parlant de la vie avec humour, en jouant avec les mots et la langue. Il y a énormément de différences linguistiques par rapport à notre façon de nous exprimer normalement au Québec. Les gens en France ne comprennent pas nécessairement et vice-versa. Parfois cela nous arrive aussi de ne pas être compris au Québec… Et parfois même on ne se comprend pas au sein du groupe ! C’est comme avec Harry Potter, quand tu es fan tu comprends tout le vocabulaire et le nom des potions. Pour comprendre Alaclair Ensemble il faut être fan et avoir quelques notions sur les potions !

Comment composez-vous à six ?

On hiberne en logeant dans un chalet. On va souvent dans la région de Charlevoix ou en tout cas plus loin que Montréal pour se perdre un peu. On a besoin d’un petit chalet bien rustique pour se poser une semaine à faire de la musique entre amis.

Êtes-vous accueillis différemment par le public français? 

Les gens sont réceptifs, ils dansent. C’est la même énergie, on amène parfois même plus de frénésie puisqu’on joue ailleurs que chez-nous. C’est fou de voir autant de réponses. Les ponts musicaux qui se créent en ce moment entre la France et le Québec sont très intéressants, pas seulement avec le rap mais aussi avec la pop. On vous a toujours envoyé beaucoup d’artistes mais le sens inverse est également vrai. Et surtout merci beaucoup les Français pour votre accueil, c’est fun.

Parlons justement du sens inverse : qu’est-ce qui arrive dans vos oreilles qui vient de France?

Et bien justement, du rap français, du rap belge… Le rap français a toujours influencé le rap québécois depuis les années 90 mais ce qui est davantage intéressant c’est qu’en France on se met à écouter du rap québecois.


A quoi ressemblent vos concerts?

C’est toujours très dynamique. La foule est parfois même violente. Pas à se mettre des coups de poings mais ça danse rapidement et dans tous les sens, les gens peuvent vite s’évanouir (rires). Donc on prévient le public avant certaines chansons pour danser énergiquement mais en toute sécurité. Nous, on a plus d’espace sur scène donc on peut danser un peu plus dangereusement ! On est six sur scène avec un ordinateur dont on ne va pas divulguer la marque pour ne pas faire de publicité.

Qu’est ce que tu écoutes en ce moment ?

Du jazz de Noël parce que c’est la période des fêtes et il faut se mettre dedans ! C’est pas super actuel mais au moins c’est intense, ça réchauffe le cœur autant que le chocolat chaud.

Alaclair Ensemble sera en concert le 5 décembre au Badaboum (event) et en tournée dans toute la France :
06.12 – LE JOKER / Angers (49)
07.12 – ASTROLABE / Orléans (45)
08.12 – EMB / Sannois (95)
09.12 – BARS EN TRANS / Rennes (35)

Visited 21 times, 1 visit(s) today