Image au mur”, les voyages immortalisés de Grand Blanc

Des­ti­na­tion ailleurs. Quand on par­le de nou­veaux tal­ents de la scène française, impos­si­ble de ne pas penser à Grand Blanc. Aux côtés de La Femme, Bagarre et autres Thérapie Taxi, les qua­tre Messins font par­tie du meilleur de la jeune scène nationale, en français. Après un court‐format éponyme explosif — qua­tre tubes en qua­tre titres, c’est un exploit, non ? -, le groupe arrive sur le devant de la scène avec Mémoires vives, pre­mier album entre pop, rock et élec­tro, sou­vent tout à la fois, mais tou­jours excel­lent. Très vite, Grand Blanc se retrou­ve dans les plus grands fes­ti­vals français, part en tournée en Asie puis, plus récem­ment, ouvre le 13 Tour d’Indo­chine.

Mais, c’est en Asie que nais­sent les prémices de ce deux­ième album, plus pré­cisé­ment en haut d’une tour de Hong‐Kong. “Ailleurs”. Mais con­traire­ment à ce que l’on pour­rait penser, le sin­gle prin­ci­pal est loin d’être le point de départ de cette suite. Au con­traire, c’est “Rêve BB rêve” — inspiré de “Dream Baby Dream” de Sui­cide — qui a lancé tout l’album : On s’est dit que si on pou­vait aller là, alors on pour­rait aller où on voulait. Cette chan­son nous a don­né beau­coup de lib­erté pour la suite du disque” explique le quatuor. Et il ne ment pas : de Belleville à Los Ange­les, des îles aux écrans de télévi­sion, des riv­ières aux aurores, les douze titres d’Image au mur nous embar­quent directe­ment dans un réel voy­age.

Les trois pre­miers sin­gles par­taient juste­ment dans cette direc­tion, des dix min­utes aéri­ennes de “Ailleurs” — ici découpées en deux par­ties — au retour aux sources pop “Belleville” en pas­sant par l’énervé “Los Ange­les”. La musique de Grand Blanc n’avait jamais parue aus­si grande, aus­si maîtrisée et aus­si puis­sante. Puis, à l’écoute d’Image au mur, le blanc n’est plus aus­si blanc. Le groupe a délais­sé l’électricité de Mémoires vives pour une pop douce et calme. Et c’est finale­ment dans ces moments‐là que le voy­age s’amorce, dès le pre­mier titre. L’exotique et lyrique “Les îles” invite à se per­dre dans les pro­fondeurs de l’océan, autant que le planant “Isati” emmène en ape­san­teur. Si les fans de la pre­mière heure apprécieront les plus rock “Dans la peau” et “Aurore”, ils seront sûre­ment per­dus devant les bal­lades “Télévi­sion” et “Des gens biens”. Pour­tant, Image au mur brille par ses paroles imagées et inspirées. Les Mémoires vives sont dev­enues con­crètes, elles sont désor­mais immor­tal­isées sur une Image au mur. Et on n’aurait pas pu deman­der mieux.

En écoute :

Si vous êtes plutôt Spo­ti­fy :

Pour décou­vrir Image au mur en live, Grand Blanc sera en tournée dans toute la France dès le mois prochain, en pas­sant notam­ment par la Cigale à Paris le 26 novem­bre.

(Vis­ité 481 fois)