Jay Daniel dévoile “Qalbi”, premier morceau de son nouvel album

Les chiens ne font pas des chats. Cer­tains con­nais­sent sa mère, d’autres pas du tout. D’autres encore se sont déjà tré­moussés sur quelques uns de ses morceaux sans même le savoir. En 1993, Nao­mi Daniel chante sur une pro­duc­tion d’un cer­tain Carl Craig, et le morceau qui en découle est un tube.

Le fis­ton est donc natif de Détroit, et a hérité d’une propen­sion à faire de la musique. La house pour base, mais avec un goût immod­éré pour la nou­veauté et la décou­verte. C’est en 2013 que Jay Daniel sort un pre­mier EP sur l’excellent label de Theo Par­rish, Sound Sig­na­ture. Petite pen­sée à ceux qui con­nais­sent des débuts plus com­pliqués… Jay Daniel débar­que donc dans le monde de la musique en pleine péri­ode Lo‐Fi, où les kicks sont durs et les bass­es crépi­tantes. Arrive alors l’inévitable ren­con­tre avec Steven Julien alias Funk­in­even, avec lequel une col­lab­o­ra­tion découle logique­ment tant leur approche de la pro­duc­tion musi­cale est sim­i­laire. Après ces deux morceaux sor­tis sur Apron, c’est le label d’un autre artiste aux accoin­tances com­munes qui accueille le troisième EP de Mis­ter Daniel ; Le Wild Oats de Kyle Hall.

Après un pre­mier album sor­ti sur Tech­ni­colour, sub‐label de Nin­ja Tune, Jay Daniel s’apprête à sor­tir le deux­ième le 9 novem­bre prochain, sur son pro­pre label cette fois‐ci : Watusi High. Pour l’heure, on a seule­ment droit à un pre­mier extrait inti­t­ulé “Qal­bi”. Le com­pos­i­teur en a dévoilé la sig­ni­fi­ca­tion sur Insta­gram, le titre veut dire “mon coeur” en arabe. Un morceau dans la lignée de ses précé­dentes pro­duc­tions, une house vaporeuse avec d’épaisses nappes de syn­thé sur un rythme sac­cadé. À la semaine prochaine !

 

(Vis­ité 200 fois)