Justice menace de porter plainte contre Justin Bieber

Justin Bieber a reçu une let­tre d’or­don­nance de la part du groupe Jus­tice afin de faire retir­er du marché la pochette de son dernier album Jus­tice qui plagie, selon eux, leur logo. On rigole plus.

And jus­tice for all. On vous en par­lait, amusé, au moment de la sor­tie du disque de Bieber – cette fois-ci, finie la rigo­lade : Justin Bieber a reçu un ulti­ma­tum sous la forme d’un “cease and desist” (l’équiv­a­lent d’une mise en demeure) de la part de Jus­tice. Le duo n’a vis­i­ble­ment pas appré­cié que le chanteur cana­di­en plagie leur logo pour la pochette de son dernier album inti­t­ulé Jus­tice. Les deux Français deman­dent donc à Justin Bieber de retir­er de la cir­cu­la­tion la pochette de son album ain­si que tout le merch qui l’accompagne.

Le man­age­ment du duo con­fi­ait d’ailleurs au média spé­cial­isé Spin que les deux par­ties étaient en dis­cus­sion autour du logo de l’al­bum, l’équipe de Bieber ayant approchée celle de Jus­tice dès mai 2020 pour être mise en rela­tion avec le design­er graphique du groupe (on sup­pose qu’il s’ag­it de So Me) : “Nous avons ten­té d’or­gan­is­er un call entre l’équipe de Bieber et notre design­er, mais l’ap­pel n’a pu aboutir et nous en sommes restés là. Per­son­ne n’a jamais men­tion­né d’al­bum inti­t­ulé “Jus­tice” ou bien un logo qui le dis­ait. La pre­mière fois qu’on en a vu un bout c’é­tait lors de sa sortie.”

 

À lire également
Justin Bieber plagie le logo de Justice ; Internet se moque gentiment

 

Dans le droit anglo-saxon, le “cease and desist” ou “ordon­nance de ces­sa­tion et d’ab­sten­tion” dans la langue de Molière, est une demande formelle de retir­er de la cir­cu­la­tion une œuvre incrim­inable sous peine de se voir assign­er en jus­tice par son expédi­teur. Le “C&D” équiv­aut con­crète­ment à une men­ace de pour­suites très sérieuse. On en avait régulière­ment enten­du par­ler durant les cam­pagnes prési­den­tielles de Don­ald Trump, qui avait ten­dance à utilis­er durant ses meet­ings des chan­sons d’artistes qui ne l’ap­pré­cient pas.

En réal­ité, il y a très peu de chances que Bieber fasse dis­paraître son art­work, mais d’autres accords – par exem­ple financiers – pour­raient être trou­vés entre les parties.

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par ED BANGER / PEDRO WINTER (@edbanger)

(Vis­ité 11 767 fois)