© Hypderdub

Kode9 revient avec une fiction sonore, accompagnée d’un nouvel album

Kode9 est ambitieux, c’est cer­tain. Lui qui n’avait pas pub­lié d’album solo depuis 2015 revient en juil­let avec un nou­veau disque, Escapol­o­gy, qui fait office de bande-son d’un pro­jet de fic­tion sonore bien plus large. Cela ne l’empêche pas de tou­jours ten­dre vers un for­mat club.

C’est une “porte d’entrée”, dit-il. Kode9 vient d’an­non­cer l’arrivée de son nou­v­el album, Escapol­o­gy, le 15 juil­let. Celui-ci arrive 7 ans après son dernier pro­jet solo, Noth­ing, tou­jours sur le label Hyper­dub qu’il a fondé en 2004. Mais l’Écossais annonce que ce disque prend place dans un pro­jet plus large nom­mé Astro-Darien. Le pro­jet a vu le jour en 2021, sous la forme d’une instal­la­tion à Lon­dres, puis d’une dif­fu­sion à Paris à tra­vers les 50 haut-parleurs de l’Acous­mo­ni­um de l’INA-GRM. Escapol­o­gy est ain­si mis en avant comme la bande-son d’une fic­tion sonore, à venir en octobre.

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Une pub­li­ca­tion partagée par kode9 (@kode9)

À lire également
Il y a 10 ans dans Tsugi : le DJ-KiCKS de Kode9

 

Le nom d’Astro-Darien ren­voie au pro­jet colo­nial écos­sais du début du 18è siè­cle au Dar­ién, dans l’actuel Pana­ma. La ten­ta­tive a été un trag­ique échec, entraî­nant la mort de 2500 colons, mas­sacrés par les Espag­nols, et forçant l’entrée de l’Écosse dans le Royaume-Uni. Si le titre sug­gère une ambiance de science-fiction, aucun autre détail n’a été révélé sur l’histoire de ce projet.

Con­cer­nant l’album, un pre­mier extrait en a été dévoilé : “Torus”. Et il prou­ve que, mal­gré tout l’emballage con­ceptuel, Kode9 ne délaisse pas pour autant le club. Il l’aborde tou­jours à sa manière, en décalage, croisant break­beats et accords jazzy dans une atmo­sphère résol­u­ment cérébrale et IDM. Le pio­nnier du dub­step n’en oublie pas les bass­es som­bres et menaçantes, et une ryth­mique obsé­dante, voire oppres­sante. Bref, voilà un avant-goût éton­nant. Mais bien savoureux.

(Vis­ité 269 fois)