Crédit : Mike Cornelius

La dernière édition du festival Baleapop s’annonce explosive

It’s bet­ter to burn out than to fade away” chan­tait Neil Young, et c’est ce que s’apprête à faire le Baleapop cette année. Après 10 ans de bons et loy­aux ser­vices ren­dus à sa région, le fes­ti­val de musique indé et d’art con­tem­po­rain le plus pointu du Pays basque se pré­pare à tir­er sa révérence avec une dix­ième et dernière édi­tion… explo­sive.

C’est la fin. Baleapop ne s’est pas fait vir­er, n’est pas ruiné”, pouvons‐nous lire sur le site du fes­ti­val, “on ne s’est pas engueulé, nous ne sommes pas fatigués. Tout va bien. C’est juste que… c’est juste que c’est le moment. Ce qui est beau et mag­ique doit finir un jour, même à Saint‐Jean‐de‐Luz”. C’est donc un au revoir. Mais le fes­ti­val par­ti­ra bien par la grande porte cette année, avec une dix­ième édi­tion anniver­saire qui “promet d’être la plus belle”, comme l’annonce le col­lec­tif Moï Moï, organ­isa­teur des événe­ments.

Cette édi­tion sera “Best Of” et mar­quera le “retour de [leurs] artistes chou­c­hous, ceux qui ont fait à [leurs] yeux l’histoire du fes­ti­val”. Côté musique, ont répon­du à l’appel : Con­nan Mock­asin, héros de la troisième édi­tion, les habitués du fes­ti­val, Eti­enne Jaumet, Shei­tan Broth­ers, Petit Fan­tôme, Bufi­man, et Odei, mais aus­si For­ev­er Pavot, Botine et sa “tech­no sen­si­ble”, Usé et son post‐punk cynique… Et ce n’est pas tout. Comme on le sait, depuis ses débuts, Baleapop fait la part belle à l’art con­tem­po­rain. Place donc au bou­quet final cette année, avec Ludi­vine Large‐Bessette, Ivan Argote, Math­ieu Calmelet, Sévérin Guel­pa, La Tierce, et le grand retour de Nils Guadagnin, Octave Courtin, et celui des artistes de Moï Moï eux‐mêmes, Ben­jamin Arto­la et Manon Boulart.

Ca se passe tou­jours à Saint‐Jean‐de‐Luz, entre le parc du Ducon­té­nia et les Halles, du 14 au 18 août 2019. La fin d’une belle décen­nie d’arts indépen­dants en tout genre. A ne pas man­quer.

Plus d’informations sur l’éven­e­ment Face­book !

 

(Vis­ité 671 fois)