La DJ Rebekah part en guerre contre les violences sexuelles dans la dance music

Trois semaines après son contre-hommage à Erick Moril­lo sur Insta­gram, la DJ bri­tan­nique et boss du label Ele­ments Rebekah Teas­dale s’en­gage cette fois-ci à tra­vers l’ini­tia­tive #ForThe­Mu­sic. L’ob­jec­tif : lut­ter con­tre les vio­lences sex­istes et sex­uelles au sein de la sphère élec­tron­ique, plus par­ti­c­ulière­ment celle de la dance music. 

« Après avoir décidé que je voulais guider les gens pour les aider à inté­gr­er l’industrie [de la dance music], il est devenu évi­dent que j’en étais inca­pable, à moins que je m’engage dans une lutte pour faire de l’industrie un milieu plus sûr et sere­in. Com­ment puis-je encadr­er les femmes et les mem­bres de la com­mu­nauté LGBQT ++, sachant qu’ils seront con­fron­tés au sex­isme, au har­cèle­ment et, au pire, aux agres­sions et aux vio­ls, tout en gar­dant le silence à ce pro­pos », a déclaré dans un post Insta­gram Rebekah, annonçant qu’elle lançait la cam­pagne #ForThe­Mu­sic. À la fois let­tre ouverte et péti­tion en ligne, #ForThe­Mu­sic voit le jour dans un con­texte de témoignages #MeToo dans la musique élec­tron­ique, avec les scan­dales qui visent les artistes Der­rick May et le défunt Erick Moril­lo. Les allé­ga­tions se mul­ti­plient, nar­rant des faits de vio­lences sex­uelles, cer­tains remon­tant aux années 1980 et 90.

 

À lire également
Après la mort du DJ Erick Morillo, une vague de témoignages de violences sexuelles

 

C’est pour que cela n’ar­rive plus que Rebekah a créé l’ap­pel #ForThe­Mu­sic, con­stru­it autour de qua­tre points : assur­er la sécu­rité des artistes, employé·es et publics, faire de l’in­dus­trie musi­cale un lieu de tra­vail sûr, bris­er la cul­ture du silence et inciter les artistes à par­ler s’ils sont témoins de vio­lences sex­uelles, ain­si que don­ner aux clubs la respon­s­abil­ité d’être un lieu sûr pour tous·tes.

« La musique est née du désir d’un espace sûr. Un lieu de lib­erté, d’amour, d’ex­pres­sion artis­tique. Un endroit qui représen­tait quelque chose. Dans la musique, nous [les femmes et mem­bres de la com­mu­nauté LGBT++] avons trou­vé un but, une voca­tion plus élevée. Mais en cours de route, tout au long de notre voy­age, nous avons lais­sé les DJs devenir des dieux et soudain ils ont cessé de ren­dre des comptes sur leurs actions. Le viol, les agres­sions sex­uelles, le har­cèle­ment sex­uel, les obstruc­tions misog­y­nes et sex­istes sont ce que nous ren­con­trons alors que nous essayons sim­ple­ment de faire notre tra­vail. C’est le prix que nous payons. […] Au cours des dernières semaines, nous avons vu notre com­mu­nauté divisée. L’ig­no­rance volon­taire, le slut sham­ing et la méfi­ance à l’é­gard des témoignages des vic­times face à des abus sys­té­ma­tiques et effrénés ont lais­sé beau­coup d’en­tre nous se deman­der si ces valeurs fon­da­tri­ces d’amour et de lib­erté pour lesquelles nous sommes tous·tes venu·es, ont finale­ment été per­dues dans un statu quo qui autorise l’abus de pou­voir, qui l’en­cour­age, le glo­ri­fie même. Il y a des pré­da­teurs dans NOTRE scène — et cela ne doit plus être toléré.»

Nous avons lais­sé les DJs devenir des dieux et soudain, ils ont cessé de ren­dre des comptes sur leurs actions.”

Deux jours après la mort d’Er­ick Moril­lo, le 3 sep­tem­bre, Rebekah dénonçait via Insta­gram les nom­breux hom­mages au DJ qui fleuris­saient sur les réseaux soci­aux, min­imisant ou omet­tant la plainte pour agres­sion sex­uelle qui avait été déposée à l’en­con­tre du DJ : « Je me suis demandée com­ment réa­gir face au décès d’Erick Moril­lo et le fait que son pré­sumé viol et son procès n’aient pas été men­tion­nés une seule fois alors que mes col­lègues parta­gent leurs pen­sées sur son décès en dépeignant l’image d’un “homme hum­ble qui était loin d’être par­fait”. »

 

À lire également
Le père de la techno Derrick May visé par des dizaines de témoignages d’agressions sexuelles

 

La let­tre ouverte et la péti­tion sont à retrou­ver ici. La DJ a égale­ment appelé celles et ceux qui sou­ti­en­nent #ForThe­Mu­sic à poster une pho­to d’eux en noir et blanc avec une feuille de papi­er dans les mains, por­tant l’in­scrip­tion #ForThe­Mu­sic.

 

À lire également
Erick Morillo : 10 victimes racontent leur viol et agression sexuelle

 

 

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

After all the reports com­ing out from women who have been sex­u­al­ly assault­ed in the indus­try at the hands of pow­er­ful men had real­ly made me analyse the scene and how it real­ly is fucked up. We have turned a blind eye, stayed silent and let things car­ry on how they have always been for far too long. 👇🏽 After decid­ing I would like to men­tor peo­ple to help bring them in to the indus­try it became appar­ent I was unable to do this unless I stood up and tried to fight to make the indus­try a safer place all round. How can I men­tor women and mem­bers of the LGBQT++ com­mu­ni­ty, know­ing they will face sex­ism, harass­ment and at worst, assault and rape and stay silent on this issue. 👇🏽 We have a great oppor­tu­ni­ty to now assess what kind of indus­try we want to return to when it opens back up, what kind of peo­ple we place in these pow­er­ful posi­tions and how we can we make clubs, fes­ti­vals and after par­ties a safer place. 👇🏽 We all must be account­able and speak up about the abusers, allow peo­ple the ben­e­fit of the doubt when claim­ing abuse, as many stay silent for fear of ret­ri­bu­tion. To real­ly look out for one anoth­er in our venues and par­ties. 👇🏽 So with this I’m ask­ing you to read and sign an open let­ter on change.org ask­ing the indus­try to be account­able to make changes, to look out for our most vul­ner­a­ble because after 24 years in this indus­try I see we have made lit­tle to no progress in end­ing the cul­ture of silence. 👇🏽 Will you stand with me? #ForThe­Mu­sic 👇🏽 Link is in the biog ☝🏼☝🏼☝🏼 And if you’re tagged, I know 💯 you are in it #ForThe­Mu­sic and ask­ing you to stand with me and share the mes­sage, togeth­er we are stronger 🖤 To join the cam­paign, down­load the poster #ForThe­Mu­sic or cre­ate your own and share a b/w pho­to with the rea­sons to end the cul­ture of silence and why you are #ForThe­Mu­sic and please share the link http://chng.it/rZG6TC9Z

Une pub­li­ca­tion partagée par Rebekah (@djrebekah) le

 

Voir cette pub­li­ca­tion sur Instagram

 

Just want­ed to share this quick video for the fel­low males in the indus­try to come on board with no longer tol­er­at­ing a cul­ture of abuse and secre­cy. We can’t con­tin­ue to be silent on such an impor­tant mat­ter that real­ly does affect not only oth­er DJs but also the many oth­ers work­ing in this indus­try as well as those on the dance­floor that come to see you play and buy your records. It’s time to get on the right side of his­to­ry. 👇🏽
Make that pledge as many oth­ers of the indus­try have already done. https://metoo-music.com/sign-our-pledge/ We have a great oppor­tu­ni­ty to now assess what kind of indus­try we want to return to when it opens back up, what kind of peo­ple we place in these pow­er­ful posi­tions and how we can we make clubs, fes­ti­vals and after par­ties a safer place. 👇🏽 Will you stand with me? #ForThe­Mu­sic 🖤
Join the cam­paign, down­load the poster #ForThe­Mu­sic or cre­ate your own and share a b/w pho­to with the rea­sons to end the cul­ture of silence and why you are #ForThe­Mu­sic and please share the link http://chng.it/rZG6TC9Z Link is also in the biog ☝🏼☝🏼☝🏼

Une pub­li­ca­tion partagée par Rebekah (@djrebekah) le

(Vis­ité 1 039 fois)